4.
1866 - «The Black Crook», première création américaine

 

 5.1.A.
Un duo et un théâtre

 

 5.2.
L'«Edwardian Musical Comedy»

 6.
1927 - «Show Boat»

F) Les 14 «Savoy-Opera» signés Gilbert & Sullivan.



Musical
0001 - Thespis (1871)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

Il s’agit de la première collaboration de Gilbert et Sullivan et a été conçue comme un divertissement de Noël pour le Gaiety Theatre de John Hollingshead où s'est déroulé la première représentation, le 26 décembre 1871, et a connu 63 représentations. Bien qu'il ait souvent été décrit comme un échec, il a accueilli plus de spectateurs que les autres spectacles de Noël cette saison-là.

Résumé: Les dieux de l'Olympe sont vieux et fatigués et décident de quitter le Mont Olympe et de prendre des vacances. Pendant ce temps, une troupe d'acteurs itinérants prennent leur place.

Création: 26/12/1871 - Gaiety Theatre (Londres) - 63 représ.



Musical
0002 - Trial by Jury (1875)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

La deuxième collaboration de Gilbert et Sullivan, qui est aussi leur premier "triomphe" et leur seul opéra-comique en un acte.

Résumé: Edwin a demandé Angelina en mariage, mais aujourd'hui, il ne veut plus l'épouser. Elle l'attaque en justice pour "rupture de promesse". Nous allons donc assister à ce procès où chacun des deux jeunes va tout faire pour influer sur le niveau des dommages et intérêts. Et où surtout où va se rendre compte à quel point un procès peut ne pas être équitable…

Création: 25/3/1875 - Royalty Theatre (Londres) - 131 représ.



Musical
0003 - Sorcerer (The) (1877)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  

Après le succès précoce et retentissant de leur opéra en un acte "Trial By Jury" en 1875, Gilbert et Sullivan, et leur producteur Richard D'Oyly Carte, décidèrent de produire une œuvre plus longue. Gilbert a retravaillé et allongé un de ses écrits antérieurs (An Elixir of Love) basé sur un thème d'opéra pour créer une intrigue autour d'un philtre d'amour magique qui ferait tomber tout le monde amoureux, mais du mauvais partenaire. "The Sorcerer" a été créé à l'Opéra Comique de Londres, un charmant petit théâtre du Strand, le 17 novembre 1877. La série originale de la pièce a duré 175 représentations, un succès suffisant pour encourager Gilbert & Sullivan à continuer à collaborer, ce qui a conduit à leur pièce suivante, le HMS Pinafore.

Résumé: Le riche mais peu intelligent Alexis a une vision: la joie du mariage fera disparaître tout malheur terrestre. Appliquant à lui-même ce qu’il a prêché, Alexis s'est récemment fiancé à la belle Aline. Mais lors de sa cérémonie de mariage, il veut généraliser à tous sa conviction: apporter la joie du mariage à toute la ville. Pour y parvenir, il invite le patron de J.W. Wells & Co., Family Sorcerers, à préparer un philtre d'amour. Cela a un effet immédiat: tout le monde dans le village tombe amoureux de la première personne qu'il voit. Mais cela aboutit à créer des couples comiquement dépareillés. En fin de compte, Wells doit sacrifier sa vie pour briser le charme.

Création: 17/11/1877 - Opera Comique (Londres) - 175 représ.



Musical
0004 - HMS Pinafore (1878)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
3 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

La quatrième collaboration entre Gilbert & Sullivan fut leur premier grand succès: "HMS Pinafore" (ou "La fille qui aimait un marin"). Il a ouvert ses portes le 25 mai 1878 à l'Opéra Comique où il s'est joué pour une très longue série de 571 représentations. Des tournées ont répandu sa popularité dans toute la Grande-Bretagne et en Amérique, de nombreuses compagnies ont "piraté" l'œuvre en mettant en scène des productions sans le consentement des auteurs et sans leur payer de droits d'auteurs. Gilbert, Sullivan et Carte ont tenté de battre les "pirates" en montant leur propre production à New York. Aujourd'hui, "HMS Pinafore" reste l'un des opéras de Gilbert et Sullivan les plus populaires.

Résumé: L'histoire se déroule à bord du navire britannique HMS Pinafore. Josephine, la fille du capitaine, est amoureuse d'un marin de classe populaire, Ralph Rackstraw, alors que son père a l'intention qu'elle épouse sir Joseph Porter, ministre de la Marine. Elle se conforme tout d'abord aux souhaits de son père, mais le plaidoyer de sir Joseph sur l'égalité entre les hommes encourage Ralph et Josephine à remettre en question le poids des couches sociales. Ils se déclarèrent leur amour puis finissent par planifier de s'enfuir pour se marier. Le capitaine découvre ce plan mais, comme dans de nombreux opéras de Gilbert et Sullivan, une révélation surprise renverse le cours des choses vers la fin de l'histoire.

Création: 25/5/1878 - Opera Comique (Londres) - représ.



Musical
0005 - Pirates of Penzance (The) (1879)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
5 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

Après le succès sensationnel de "HMS Pinafore", de nombreuses compagnies de spectacle américaines avaient présenté des versions non autorisées de cet opéra. Gilbert, Sullivan et Carte ont décidé d'éviter que cela ne se reproduiseavec leur nouvelle création, "Les Pirates de Penzance", en en présentant les versions officielles simultanément en Angleterre et en Amérique. L'opéra fut créé le 31 décembre 1879 au Fifth Avenue Theatre à New York sous la direction de Sullivan, mais une seule représentation avait été donnée la veille au Royal Bijou Theatre, Paignton, Angleterre, pour garantir le droit d'auteur britannique. Enfin, l'opéra a ouvert ses portes le 3 avril 1880, à l'Opéra Comique de Londres, où il s'est joué pour 363 représentations, ayant connu un succès parallèle pendant plus de trois mois à New York.

Résumé: Frederic, who, having completed his 21st year, is released from his apprenticeship to a band of tender-hearted pirates. He meets Mabel, the daughter of Major-General Stanley, and the two young people fall instantly in love. Frederic finds out, however, that he was born on 29 February, and so, technically, he only has a birthday each leap year. His apprenticeship indentures state that he remains apprenticed to the pirates until his 21st birthday, and so he must serve for another 63 years.[2] Bound by his own sense of duty, Frederic's only solace is that Mabel agrees to wait for him faithfully

Création: 31/12/1879 - Fifth Avenue Theatre (Broadway) - représ.



Musical
0006 -  Patience (1881)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  

La sixième collaboration de Gilbert & Sullivan fut "Patience". Le spectacle a été créé le 23 avril 1881 à l'Opéra Comique et a tenu l'affiche 578 représentations avant un transfert le 10 octobre 1881 dans le nouveau théâtre de D'Oyly Carte, le Savoy, premier théâtre au monde entièrement éclairé par des lumières électriques. "Patience" fait la satire de l'engouement esthétique des années 1870 et 80, lorsque la production de poètes, compositeurs, peintres et designers de toutes sortes fut totalement prolifique - mais, selon certains, fut surtout creuse et complaisante. Ce mouvement artistique était si populaire, et aussi si facile à ridiculiser comme une mode sans signification, qu'il a fait de "Patience" un grand succès. Le lien avec cette actualité ponctuelle de l'histoire peut rendre "Patience" un peu moins accessible à certains publics modernes, et les fans de Gilbert & Sullivan ont tendance à avoir des sentiments excessivements tranchés - positifs ou négatifs - à propos de "Patience".

Résumé: Romancier, Billy Magee fait un pari avec son riche ami qu’il peut écrire un roman en 24 heures. On lui remet une clé de l’auberge Baldpate, et on lui dit que c’est la seule (il s’avère qu’il y a sept personnes différentes qui revendiquent la propriété de la prétendue clé unique). À l’auberge, il déjoue un complot concernant un groupe de criminels, et juste avant minuit, apprend que l’intrigue entière est un canular (inventée par son riche ami pour l’empêcher de terminer le roman).

Création: 23/4/1881 - Opera Comique (Londres) - 578 représ.



Musical
0007 - Iolanthe (1882)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
3 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

"Iolanthe" a ouvert au Savoy Theatre le 25 novembre 1882, trois soirs après la dernière représentation de "Patience" au même théâtre et est resté à l'affiche pour 398 représentations. Gilbert avait déjà fait des coups de feu à l’aristocratie, mais dans ce "opéra de fées", la Chambre des Lords est ridiculisée comme un bastion de l’inefficace, privilégié et débile. Le système des partis politiques et d’autres institutions viennent aussi pour une dose de satire. Pourtant, à la fois auteur et compositeur a réussi à coucher la critique parmi ces rebondissements, aimables absurdités que tout est reçu comme bon amusement. Gilbert et Sullivan étaient tous deux à l’apogée de leur créativité en 1882, et beaucoup de gens estiment qu’Iolanthe, leur septième collaboration, est la plus parfaite de leurs collaborations.

Résumé: L'intrigue se centre sur le personnage d'Iolanthe, une fée qui a été bannie du pays des fées parce qu'elle se marie avec un homme mortel, ce qui est interdit par la loi des fées. Son fils, Stréphon, est un pasteur arcadien qui veut se marier avec Phyllis, une pupille de la cour de la Chancellerie (Court of Chancery). Tous les membres de la chambre des Lords (House of Peers) veulent aussi se marier avec Phyllis. Quand Phyllis voit Strephon embrassant une jeune femme (ne sachant pas que c'est sa mère), elle se met en colère et crée une confrontation entre les pairs et les fées. La pièce satirise beaucoup des aspects du gouvernement, de la loi et de la société de Grande-Bretagne.

Création: 25/11/1882 - Savoy Theatre (Londres) - représ.



Musical
0008 - Princess Ida (1884)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

La huitième collaboration de Gilbert et Sullivan, "Princess Ida", ouvrit ses portes le 5 janvier 1884 au Savoy Theatre pour 246 représentations. Pour créer le livret, Gilbert s'est tourné vers une pièce qu’il avait écrite en 1870, intitulée "The Princess", et réutilisa une grande partie du dialogue de cette pièce. Il conserva sa structure en trois actes, mais il écrivit de nouvelles paroles pour Sullivan. Sullivan fournit une partie de la meilleure musique qu’il ait jamais écrite pour le Savoy. La pièce et l’opéra s’inspirent des personnages et des incidents du poème narratif en vers vierges de Tennyson, The Princess, publié en 1847.

Résumé: La pièce raconte l'histoire d'une princesse qui fonde une université pour femmes qui enseigne que les femmes sont supérieures aux hommes et qu'elles devraient diriger. Le prince avec lequel elle a été mariée de force entre avec deux de ses amis dans l'université en se déguisant en femmes. Ils sont découverts, et une véritable guerre entre les deux sexes se prépare.

Création: 5/1/1884 - Savoy Theatre (Londres) - 246 représ.



Musical
0009 - Mikado (The) (1885)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
7 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

"The Mikado" est la neuvième des quatorze collaborations de Gilbert et Sullivan et est l'une des plus jouées du duo avec "The Pirates of Penzance" et "H.M.S. Pinafore". La première représentation eut lieu le 14 mars 1885, à Londres, et se joua au Savoy Theatre pendant 672 représentations ce qui à l'époque, est la deuxième plus longue série de représentations d'une œuvre théâtrale musicale, et l'une des plus longues séries pour une œuvre théâtrale en général. Certains airs de cet opéra comme "Three Little Maids from School" ou "I've Got a Little List" demeurent extrêmement populaires de nos jours dans la culture anglo-saxonne et ont connu de nombreuses adaptations et parodies.

Résumé: Dans le Japon de fantaisie où nous entraînent les auteurs, les lois sont aussi bizarres que cruelles : on y est condamné à mort pour flirt ! C’est ce qui est arrivé dans la commune de Titipu au pauvre tailleur Ko-Ko, mais la ville s’oppose à la sévérité du Mikado en nommant Ko-Ko « Haut-bourreau-en-chef ». De cette façon, toute exécution cesse, puisque le nouveau promu ne saurait se couper la tête lui-même. Mais on annonce la venue du grand Mikado, empereur du Japon : il souhaite assister à une exécution capitale (son péché mignon). Comment le satisfaire quand on est un bourreau novice et incompétent, qu’on n’a aucun condamné, ni même de volontaire à se mettre sous le sabre ? De plus, voilà que sa propre fiancée est amoureuse d’un jeune musicien ambulant…

Création: 14/3/1885 - Savoy Theatre (Londres) - 672 représ.



Musical
0010 - Ruddigore (1887)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

"Ruddigore" est la 10e collaboration entre Gilbert et Sullivan. L'"opéra surnaturel" ouvrit ses portes le 21 janvier 1887 au Théâtre de Savoie et donna 288 représentations. Il ne fut repris qu’en 1920 quand il fut substantiellement coupé et pourvu d’une nouvelle ouverture arrangée par Geoffrey Toye. L’opéra est une parodie du mélodrame populaire — le méchant qui emporte la jeune fille; l’héroïne, pauvre mais vertueuse, aux bonnes manières; le héros déguisé et son fidèle serviteur qui rêve de ses jours glorieux; le serpent dans l’herbe qui prétend suivre son cœur; la jeune fille folle et sauvage; le fanfaron du patriotisme dévoreur de feu; les fantômes qui viennent à la vie pour imposer une malédiction; et ainsi de suite. Mais comme l’a noté un critique, Gilbert renverse les absolus moraux du mélodrame : "Le bien devient mauvais, le mal devient bon, et les héros prennent le chemin de la facilité."

Résumé: Les baronnets de Ruddigore sont maudits. Quiconque accède à ce titre doit commettre un crime tous les jours - ou périr dans une agonie inconcevable. Robin Oakapple, un jeune fermier aime Rose Maybud, mais les deux sont trop timides pour se l'avouer l'un à l’autre. Mais Robin a un secret. Il est en réalité Sir Ruthven Murgatroyd, le légitime baronnet de Ruddigore, déguisé. Son frère cadet, Despard, croyant Ruthven mort, a pris le titre. Le frère adoptif de Robin, Richard, cherchant à séduire Rose, raconte à Despard la tromperie de Robin, et Robin est forcé d’assumer son vrai statut, abandonnant Rose à Richard dans le processus. Redevenu baronnet de Ruddigore, Robin est confronté aux fantômes de ses ancêtres qui s’éloignent de leurs cadres dans la galerie du château de Ruddigore pour le confronter pour ne pas avoir commis consciencieusement son crime quotidien. Robin finit par trouver un moyen de satisfaire les exigences de ses ancêtres tout en continuant à vivre une vie irréprochable…

Création: 22/1/1887 - Savoy Theatre (Londres) - 288 représ.



Musical
0011 - Yeomen of the Guard (1888)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

L’opéra est situé dans la Tour de Londres, au XVIe siècle, et est le plus sombre, et peut-être le plus émouvant, des Savoy-Opera, débouchant sur un personnage principal au cœur brisé et deux engagements très mitigés plutôt que sur les nombreux mariages habituels. Le livret contient beaucoup d’humour, mais la satire caractéristique de Gilbert et les complications de l’intrigue sont maîtrisées par rapport aux autres opéras de Gilbert et Sullivan. Le dialogue, bien qu'en prose, est quasi-Shakespearien. Les critiques considéraient la partition comme la meilleure de Sullivan, y compris son ouverture, qui est sous forme de sonate, plutôt que d’être écrite comme un pot-pourri séquentiel de morceaux de l’opéra, comme dans la plupart des autres ouvertures de Gilbert et Sullivan. Ce fut le premier Savoy Opera à utiliser le grand orchestre de Sullivan, dont un deuxième basson et un troisième trombone. La plupart des opéras subséquents de Sullivan, y compris ceux qui ne sont pas composés avec Gilbert comme librettiste, utilisent ce grand orchestre.

Résumé: Situé dans la Tour de Londres sous le règne du roi Henry VIII, "The Yeomen of the Guard" raconte l’histoire du colonel Fairfax, héros de guerre , injustement piégé, emprisonné et condamné à mort pour sorcellerie, et le complot mis au point par le sergent Meryll et sa fille, Phoebe, pour libérer le colonel de la Tour de Londres en le déguisant en l’un des gardiens de cette même Tour: le célèbre Yeomen de la Garde.

Création: 3/10/1888 - Savoy Theatre (Londres) - 423 représ.



Musical
0012 - Gondoliers (The) (1889)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

Gilbert revient, dans cet opéra, à la satire du snobisme concernant les distinctions de classe et commence sa fascination, qui jouera un rôle encore plus important dans le prochain opéra, "Utopia Limited", avec la loi "Stock Company Act" qui organise et facilite la possibilité de créer des sociétés, des personnes morales. Une fois de plus, en éloignant confortablement son œuvre de la mère-patrie anglaise, Gilbert se permet de critiquer sévèrement la noblesse et l’institution de la monarchie elle-même.

Résumé: Deux gondoliers vénitiens, rédemment mariés, sont informés par le Grand Inquisiteur que l’un d’eux vient de devenir le Roi de "Barataria", mais seule leur mère adoptive, actuellement en liberté, sait lequel. Comme Barataria a besoin d’un roi pour calmer les troubles dans le pays, ils se rendent tous deux là-bas pour régner ensemble, laissant leurs femmes à Venise jusqu’à ce que la vieille dame puisse être interrogée. Il s’avère que le roi a été marié en bas âge à la belle fille du duc espagnol de Plaza Toro, et il semble donc qu’il ait été un bigame involontaire. Quand le jeune Espagnol et les deux femmes vénitiennes se présentent toutes en voulant savoir laquelle d’entre elles est reine, des complications surgissent. Pas de soucis: la véritable identité du roi est révélée, et tout est passé au peigne fin de façon spectaculaire.

Création: 7/12/1889 - Savoy Theatre (Londres) - représ.



Musical
0013 - Utopia, Limited (1893)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

« Utopia, Limited » ouvrit ses portes le 7 octobre 1893 au Savoy Theatre et tint l’affiche 245 représentations. C’était l’avant-dernière collaboration entre Gilbert et Sullivan, ouvrant plus de deux ans seulement après la fermeture de « Gondoliers », suite à un litige juridique entre Gilbert d’une part et Carte et Sullivan de l’autre, la célèbre « Carpet Quarrel » (« la dispute du tapis »). En dépit de leurs tentatives pour rafistoler leur relation, ils ne seront plus jamais sur les mêmes bases que celle des années ‘80. « Utopia, Limited » fut la mise en scène la plus extravagante de tous les Savoy-Opera. Elle nécessita un très grand casting. Le livret de Gilbert était moins étroitement construit que les précédents et, pour certains, la partition est la plus faible de Sullivan. Cela peut expliquer pourquoi cette œuvre a toujours été moins rejouée que les autres. Mais la pièce n’est pas sans admirateurs. George Bernard Shaw a déclaré : « J’ai apprécié la partition d’Utopia plus que celle de n’importe lequel des Savoy-Opera précédents. »

Résumé: « Utopia, Limited » est une satire de l’impérialisme britannique. Plus spécifiquement, il critique les « société à responsabilité limitée » et la notion de faillite sans pénalité. Dans un complot, un groupe de bureaucrates et d’officiers anglais débarquent dans une île idyllique des mers du Sud, Utopia, à la demande de la princesse Zara, fille du roi Paramount, éduquée en Angleterre, pour aligner la politique et la morale d’Utopia sur les normes impeccables de l’Angleterre.

Création: 7/10/1893 - Savoy Theatre (Londres) - 245 représ.



Musical
0014 - Grand Duke (The) (1896)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: W.S. Gilbert
Livret: W.S. Gilbert
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

« The Grand Duke» est le dernier Savoy-opera écrit par le librettiste W. S. Gilbert et le compositeur Arthur Sullivan, leur quatorzième et dernier opéra ensemble. Il fut créé au Savoy Theatre le 7 mars 1896 et ne tint l’affiche que 123 représentations. Malgré une soirée d’ouverture réussie, la production a eu une durée relativement courte et a été le seul échec financier du duo, et les deux hommes n’ont plus jamais travaillé ensemble. Dans « The Grand Duke», Gilbert et Sullivan bouclent la boucle, revenant au thème de leur première collaboration: une troupe d’acteurs prend le pouvoir politique. « The Grand Duke» souffre de de nombreux problèmes que l’on retrouvait déjà dans « Utopia Limited » — dont un livret long et décousu — et il exige pour les acteurs principaux des voix de plus grande qualité que leurs autres œuvres. Néanmoins, l’histoire contient un certain nombre de moments hilarants et de personnages drôles, les décors sont colorés et la musique est gaie et savoureuse. Certains trouvent que cet opéra est le plus sous-estimé des œuvres de Gilbert et Sullivan.

Résumé: L'intrigue repose sur l'interprétation erronée d'une loi centenaire concernant les duels statutaires (décidé par tirage au sort). Par un tel duel statutaire, Ludwig, simple acteur, remplace le directeur de sa compagnie, Ernest. Mais il ne va pas s’arrêter là et devient le fer de lance de la rébellion contre le Grand-Duc Rudolph de Pfennig Halbpfennig, hypocondriaque et avare, contre qui il remporte aussi un duel statutaire. Il obtient ainsi tous ses pouvoirs et peut se fiancer à quatre femmes différentes avant que le complot ne soit découvert. Car, tout est bien qui finit bien : un avocat va tout dénoncer… Une fois encore les classes riches et la noblesse sont brocardées et, comme dans la « Princess Ida » , « The Mikado » , « The Gondoliers » et « Utopia, Limited », le fait que l’action se déroule à l’étranger enhardit Gilbert à utiliser une satire particulièrement pointue .

Création: 7/3/1896 - Savoy Theatre (Londres) - 123 représ.


G) Quelques oeuvres de Sullivan sans Gilbert.



Musical
0001 - Cox and Box (1867)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles:
Livret:
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Isnpiration  Liste chansons  

With this little work, Arthur Sullivan made his first entry into the world of comic opera. He had already completed his first operatic work during the early 1860's, but that work (The Sapphire Necklace or The False Heiress with libretto by H. F. Chorley) never reached the stage, and although the rights of publication were, at one point, assigned to the publisher, Metzler, the opera was never printed.

Résumé: Sergeant Bouncer, an old soldier, has a scheme to get double rent from a single room. By day he lets it to Mr. Box (a printer who is out all night) and by night to Mr. Cox (a hatter who works all day). Whenever either of them asks any awkward questions he sings at length about his days in the militia. His plan works well until Mr. Cox is, unexpectedly, given a day's holiday and the two lodgers meet. Left alone while Bouncer sorts out another room, they discover they share more than the same bed. Cox is engaged to the widow Penelope Ann Wiggins - a fate that Box escaped by pretending to commit suicide. They try gambling Penelope Ann away until news arrives that she has been lost at sea and has left her fortune to her 'intended'. They then both try to claim her for themselves. Another letter arrives - she has been found and will arrive any minute. Now they both try to disclaim her! However, she doesn't appear personally, instead leaving a letter to inform them that she intends to marry a Mr. Knox! Relieved, Cox and Box swear eternal friendship and discover, curiously enough, that they are long-lost brothers…



Musical
0002 - Rose of Persia (The) (1899)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: Basil Hood
Livret: Basil Hood
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Isnpiration  Liste chansons  

Résumé: Hassan is a rich philanthropist who entertains beggar-men at his house, much to the dismay of his 25 wives. The Sultana, escaping the strict confines of the royal household, hides in Hassan's house with her three favourite slaves disguised as dancing girls. She is followed by the Sultan, who is bored with his obligations, accompanied by his three top officials. Hassan, while under the influence of the drug bhang, admits to the Sultan that the Sultana is in his house, thus compromising her life and his own. To punish Hassan (and to give himself a little holiday), the Sultan takes him to the palace and commands his court to treat Hassan as if he were sultan.



Musical
0003 - Emerald Isle (The) (1901)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: Basil Hood
Livret: Basil Hood
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

Résumé: A jolly spoof-Irish chorus introduces the hero, Terence O'Brien, an Irish patriot who, as he claims in song, is 'descended from Brian Boru'. But, alas, he speaks with an English accent, having been brought up in 'the luxurious lap of London'. He is not alone, however. All his countrymen now speak with an English accent for the English Viceroy has been giving elocution lessons in the infant schools and now there's not a man nor a colleen here that could dance an Irish jig correctly, and say 'Begorra' at the end of it with any conviction. To the village comes one Professor Bunn, 'Mesmerist, Ventriloquist, Humorist and General Illusionist, Shakespearian Reciter, Character Impersonator and Professor of Elocution. Children's Parties a Speciality'. He has been employed by the Lord Lieutenant for his re-education programme but offers to change sides and re-teach the Irish how to be precisely that. Terence is anxious to meet up with his sweetheart, Rosie, who is, unfortunately, none other than the daughter of the Lord Lieutenant. It is arranged that Terence shall hide out in the reputedly haunted caves of Carric-Cleena, and that Rosie shall come to him there. But Bunn notifies the Lord Lieutenant of their plans, and the Irish are obliged to find a subterfuge to keep the redcoats away. They decide that Molly, one of their number, shall appear as the fairy, Cleena, and Bunn as an ancient who has been held captive by her for fifty years, and thus they shall scare away the superstitious Devonshire soldiers. The first act ends with them bringing their trick off successfully. The second act carries on in much the same vein. Bunn goes through his paces, Terence and Rosie pursue their romance and Molly carries on with the hereditary 'blind' fiddler, Pat Murphy, who dares not confess his perfect sight for fear of losing her sympathy and love. When the Lord Lieutenant descends upon them all, Bunn succeeds in saving the 'rebels' by proclaiming: "If we had guessed (as we ought to have guessed) that you, being a scion of a noble English house, had so much American blood in your composition, we should not have rebelled against you. America is the friend of Ireland. You are an English nobleman. Therefore you are, nowadays, more than half American. Therefore you are our friend.. ."



Musical
0004 - Hollywood Pinafore (1945)
Musique: Arthur Sullivan
Paroles: George S. Kaufman
Livret: George S. Kaufman
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Génèse  Isnpiration  Liste chansons  

George S. Kaufman’s adaptation of Gilbert and Sullivan’s H.M.S. Pinafore into a satiric look at the Hollywood studio system seemed like a sure thing.

Résumé: Starlet Brenda Blossom, pining for a lowly writer, Ralph, is promised in marriage by her father (a director looking to advance his own career) to the studio head, Joseph Porter. If she marries Ralph, she'll be tossed out of Hollywood and forced to make a living on the stage. Everything turns out for the best when it is discovered that a mix-up in Louhedda Hopsons' gossip column was responsible for Ralph's fall from grace. In reality, it was Ralph who was meant to head the studio instead of Porter.


H) Quelques oeuvres de Gilbert sans Sullivan.



Musical
0001 - Haste to the Wedding (1892) Musique: George Grossmith
Paroles:
Livret:
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Synopsis  Génèse  Liste chansons  

The plot of Haste to the Wedding is, in Gilbert's his own words, "a very free adaption" of Eugène Labiche and Marc-Michel's 1851 farce Le Chapeau de Paille d'Italie. Gilbert had adapted this French play in 1873 under the title The Wedding March, and later wanted to collaborate with Sullivan on a musical setting of the piece, but nothing came of the project. Eventually, Gilbert got George Grossmith, the Savoy's principal comedian, to compose the music. Haste to the Wedding opened on July 27, 1892.

Résumé: