graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Une brève tentative d'histoire des Musicals

Chapitre 5 - 1866 1927 - Recherches

5.2. L'«Edwardian Musical Comedy»

Les «comédies musicales édouardiennes» sont peut-être la série de chefs-d'œuvre du théâtre musical la plus négligée de notre époque. Ces spectacles, qui ont ravi une génération avec leur atmosphère insouciante, leur humour robuste et leurs mélodies sophistiquées mais accrocheuses, sont rarement entendus, enregistrés ou mis en scène de nos jours, et offrent pourtant une merveilleuse ressource pour ceux qui souhaitent élargir leur répertoire. Les «comédies musicales édouardiennes», en gros, sont celles des années 1890, lorsque Gilbert & Sullivan ont commencé à perdre leur domination et ont dominé le genre jusqu'à l'arrivée des comédies musicales américaines de Gershwin, Porter et Kern après la Première Guerre mondiale. Ils étaient à leur apogée à l'ère édouardienne et capturent cet optimisme des siècles, énergie et bonne humeur.

La «comédie musicale édouardienne» a débuté au cours de la dernière décennie de l'ère victorienne (Reine Victoria - règne de 1837-1901) et a capturé l'optimisme, l'énergie et la bonne humeur du nouveau siècle et de l'ère édouardienne (Roi Edouard VII - règne de 1901-1910), tout en apportant un réconfort pendant la Première Guerre mondiale (Roi George V - règne de 1910-1936). Les burlesques chics mais raffinés du Gaiety Theatre en étaient à la fin de leur popularité, de même que la série d'opéras de Gilbert et Sullivan. Ces deux genres ont dominé la scène musicale anglaise depuis les années 1870.

image
George Joseph Edwardes
(né Edwards)
(8 octobre 1855 - 4 octobre 1915)

George Edwardes

Le père de la «comédie musicale édouardienne» est George 'The Guv'nor' Edwardes. Il a repris le Gaiety Theatre dans les années 1880 et a d'abord amélioré la qualité des anciens burlesques joués dans ce théâtre

image
Postcard photo of the Gaiety Theatre in the Strand (London)
postée le 7 octobre 1917

 

Percevant que leur temps était fini, il expérimenta un nouveau style de théâtre musical à la fois moderne et convivial, avec des chansons aérées et populaires, des chansons accrocheuses, des plaisanteries romantiques et des spectacles stylés.

Ce nouveau style s'inspirait de la tradition du «Savoy Opera» (Gilbert et Sullivan) mlais utilisait aussi des éléments du «Burlesque» () et des américains Harrigan et Hart ().

Leurs intrigues étaient simples et comprenaient des décors et des costumes s'inspirant de la mode et de la décoration contemporaines. Ces spectacles étaient souvent des parodies enjouées des conventions sociales modernes et des problèmes d'actualité.

image
The Gaiety Girls
Photographie du programme de «A Runaway Girl» (1898)

George Edwardes a remplacé les femmes paillardes du Burlesque par son "respectable" corps de ballet, constitué de danseuses au magnifique corps, les Gaiety Girls. Elles apparaissant sur scène en tenue de bain et à la dernière mode. Plusieurs des couturiers londoniens les plus connus ont conçu des costumes pour les productions théâtrales des années 1890. Les périodiques illustrés étaient désireux de publier des photographies des actrices dans les derniers succès de la scène. Le théâtre devint donc un excellent moyen pour les drapiers de faire connaître leurs dernières modes.

Après avoir assisté à une représentation de A Gaiety Girl en 1894, un journal américain expliqua l’importance des Gaiety Girls: «Cette pièce est un mélange de jolies filles, d’humour anglais, de numéros de chant et de danse et de baignade ainsi que de robes à la mode anglaise. La danse est une caractéristique de la représentation, les anglais accordant beaucoup plus d'attention à la qualité des danses que les divertissements américains du même type

Ces spectacles ont immédiatement été largement copiés dans d'autres théâtres de Londres, puis en Amérique.

image
The Gaiety Girls - Lithographie

Des «comédies musicales»

La première «comédie musicale édouardienne» a été In Town en 1892. Son succès, suivi par celui encore bien plus important de A Gaiety Girl en 1893, confirma à Edwardes qu'il était sur le bon chemin.

A Gaiety Girl a ouvert au Prince of Wales Theatre à Londres le 14 octobre 1893 (transféré plus tard au Daly's Theatre) et a été joué lors de 413 représentations. Percy Anderson a conçu les costumes japonais du spectacle tandis que les costumes non japonais ont été fournis par de grandes maisons de couture.En 1894, il fut joué à Broadway où il a connu trois mois de succès, suivi d’une tournée américaine et d’une tournée mondiale.

Ces «comédies musicales», comme Edwardes avait pris l'habitude de les appeler, révolutionnèrent la scène londonienne et donnèrent le ton pour les trois prochaines décennies.

Selon Andrew Lamb, historien du théâtre musical, «L’Empire britannique et l’Amérique ont commencé à craquer pour la comédie musicale [édouardienne] à partir du moment où A Gaiety Girl a fait le tour du monde en 1894». Ce n'est évidemment pas l'avis de tout le monde quant à la naissance du «musical».

Les premiers succès de George Edwardes au Gaiety comportent une série impressionnante de jeunes filles lumineuses et romantiques mais toutes pauvres, désirant toutes épouser un aristocrate ... et y arrivant toutes ! Les pièces comportaient généralement le mot "Girl" dans le titre. Après A Gaiety Girl, vint The Shop Girl (1894), The Circus Girl (1896) et A Runaway Girl (1898). Les héroïnes étaient des jeunes femmes indépendantes qui gagnaient souvent leur vie. Les histoires suivaient une intrigue familière: une choriste fait irruption dans la haute société, une vendeuse fait un bon mariage. Il y a toujours un malentendu pendant l'acte un et une promesse de mariage à la fin.

image
Couverture de la partition de The Geisha de Sidney Jones

Plus tard, les «Girl Musicals» du Gaiety Theatre furent The Orchid (1903), The Spring Chicken (1905), The Girls of Gottenberg (1907), Our Miss Gibbs (1909), The Sunshine Girl (1912) et The Girl on the Film (1913). Peut-être pour équilibrer les «Girl Musicals», le Gaiety Theatre a également présenté une série de comédies musicales pouvant être décrites comme des «Boy Musicals», tels que The Messenger Boy (1900), The Toreador (1901), The New Aladdin (1906) et Theodore et Co. (1916).

George Edwardes étendit son empire à d'autres théâtres et présenta des succès légèrement plus complexes, à commencer par An Artist's Model (1895). The Geisha (1896) et San Toy (1899) ont duré plus de deux ans et ont connu un grand succès international, capitalisant sur l'engouement britannique pour tout ce qui était oriental. D'autres succès d'Edwardes incluent The ToreadorThe Girl from Kays (1902), The Earl and the Girl (1903) et The Quaker Girl (1910).

«The Arcadians» (1909)

The Arcadians est considéré, selon beaucoup, comme le chef-d'œuvre des «comédies musicales édouardiennes».

La comédie musicale a été créée au Shaftesbury Theatre de Londres le 29 avril 1909 pour 809 représentations. A l'époque, c’était la troisième plus longue série de représentations d'un spectacle de théâtre musical. Une production a ouvert à Broadway en 1910 pour 193 représentations. La pièce a fait l'objet de nombreuses tournées et a été reprise professionnellement en Grande-Bretagne. Une version a été tournée pour le cinéma muet en 1927.

image
The Arcadians (1909)

Contexte

«Arcadia» (ou Utopie) est une terre légendaire avec une vision idyllique d'une nature sauvage préservée. Elle est peuplée de beaux innocents vertueux et est décrite pour la première fois par les Grecs anciens. C'est un cadre prisé des écrivains du XIXème siècle, notamment Gilbert (dans Happy Arcadia et Iolanthe). Le développement de l'aviation au début du XXème siècle a captivé l'attention du public. Les écrivains fantasmaient sur les étranges aventures de ceux qui s’aventuraient pour prendre l’avion. Un atterrissage forcé, peut-être, dans un pays oublié depuis longtemps où le temps s'est arrêté. Ces histoires ont jeté les bases The Arcadians.

image
Phyllis Dare dans le rôle de Eileen Cavanagh
The Arcadians (1909)

En 1909, Lionel Monckton et Howard Talbot avaient tous deux connu un succès considérable en écrivant des chansons et des partitions pour des «comédies musicales édouardiennes». Monckton a contribué à de nombreux spectacles à succès produits par George Edwardes, notamment The Geisha (1896) et Our Miss Gibbs (1909). Il a aussi écrit les partitions complètes pour des succès tels que A Country Girl et The Cingalee. Talbot a connu un succès monstrueux avec A Chinese Honeymoon et a écrit d'autres long-running musicals comme The Girl from Kays. Il avait travaillé avec l'écrivain Alexander M. Thompson et le producteur Robert Courtneidge auparavant, y compris sur The Blue Moon.

Comme nous l'avons dit, historiquement, musicalement et dramatiquement, The Arcadians et les autres «comédies musicales édouardiennes» se situent entre le monde en déclin du «Savoy Opera» (avec en tête d'affiche les oeuvres de Gilbert et Sullivan ) et les styles ultérieurs de comédie musicale et de music-hall. The Arcadians l'illustrent particulièrement, les Arcadiens innocents représentant l'ancien style et les Londoniens impétueux incarnant le nouveau. Ce contraste entre simplicité et cynisme anime l’intrigue et son humour, ce contratse incarné par le personnage de Smith, transformé magiquement au cours de la pièce.

Réception du spectacle

Le spectacle a reçu des critiques favorables:

  • The Observer: tout en notant qu'aborder un thème arcadien provoquait obligatoirement des comparaisons avec Gilbert, le journal a constaté que la nouvelle pièce «se démarquait parmi les autres pièces de son genre par des moments à mémoriser avec joie».
  • The Manchester Guardian a déclaré que la pièce serait «accueillie par les habitués de la comédie musicale qui avaient reçu toute leur dose de The Merry Widow». Il a aussi loué l'originalité de l'écriture et a qualifié la partition de «simple et sans prétention, mais mélodieuse et agréable».
  • The Times a déclaré que Lionel Monckton et Howard Talbot se sont surpassés dans leur musique et que la production de Courtneidge «fait preuve d'ingéniosité, de soin et - dans une certaine mesure - d'originalité, de sorte que les éléments familiers prennent un aspect inconnu et que les nouvelles choses produisent pleinement leurs effets».
  • The Daily Express a fait remarquer que «cela fait sûrement longtemps que le public n'a eu autant de plaisir à une Première ... [Courtneidge] a réalisé ce qui semblait impossible. Il a produit une nouvelle comédie musicale qui est vraiment nouvelle.» Le journal a fait l'éloge des chansons The pipes of Pan, Light is my hear, La fille au brogu, Sweet Simplicitas et My motter.

Pourquoi ont-elles disparu aujourd'hui?

Les «comédies musicales édouardiennes» sont très rarement jouées à notre époque. Pourquoi? Il n'y a pas de vraie raison. On peut dire qu'à notre époque, pour beaucoup, avant Show Boat il n'y a rien d'autres que les oeuvres de Gilbert & Sullivan! Tout l'entrte-deux a disparu.


 Chapitre suivant: "Harrigan & Hart"  

 Tome suivant: "Show Boat"  

Histoire des musicals

Top