graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Les musicals de Broadway

Chapitre 6 - 1927 - «Show Boat»


Pour beaucoup, Show Boat est le premier musical moderne, le premier dans lequel le texte et la musique ont été pleinement intégrés et aussi celui où l’innocence comique légère du Broadway des années 1920 a cohabité avec du matériel plus sérieux. Show Boat a été le premier musical américain de Broadway avec une partition chiaroscuro, où les chansons populaires «AABA-32 mesures» et la sophistication de l’opérette européenne ont été utilisées ensembles pour créer un genre musical. En tant que tel, Show Boat est un moment déterminant de l’histoire musicale de Broadway, et un moment tout aussi important pour l’histoire du théâtre. S’ils n’avaient rien fait d’autre dans leur longue et illustre carrière, Jerome Kern et Oscar Hammerstein II auraient été adulés pour cette seule contribution. Après tout, ils ont créé le moule auquel tout Broadway allait se conformer pour les 40 années suivantes.

Tout cela est vrai. Mais Show Boat, c’est tellement plus.

image
New London Theatre - 2016

Show Boat () est l’histoire d’une famille. Nous suivons la réussite et la chute de Magnolia, la jeune et belle fille du Capitaine Andy et de sa femme Parthy. Nous la regardons succomber à un amour juvénile et fantaisiste pour le beau, charmant et paresseux Gaylord Ravenal. Elle va l’épouser et porter son enfant avant d’être abandonnée dans le dénuement le plus total. Nous nous réjouissons que Magnolia s’en tire en travaillant dans le Vaudeville, permettant ainsi à sa fille Kim de devenir une star de Broadway.

Voilà assurément une histoire qui débouche sur satisfaisante soirée de théâtre, mais si c’est tout ce que Show Boat () était, il est peu probable qu’il soit l’un des rares musicals de son époque à être encore repris de nos jours, près de 100 ans après sa création. Même son statut de «premier grand musical contemporain» ne suffirait pas à l’enlever de l’étagère si régulièrement.

L’histoire principale de Magnolia et Ravenal (voir synopsis complet ) se déroule dans un contexte historique plus large, rempli de personnages fascinants. Elle se heurte au racisme endémique de l’époque où Show Boat () se déroule, mais aussi de l’époque où il a été créé. Ce musical nous en dit beaucoup sur la conscience sociale naissante de ses créateurs, Jerome Kern, et dans une bien plus grande mesure, Oscar Hammerstein II; et il a beaucoup à nous apprendre sur nos propres attitudes envers le concept de race, si nous le laissons faire. Mais pour le voir, on ne peut se borner à être séduit par la grandeur de la musique ou les somptueux décors. Le musical amène le roman d’Edna Ferber, sur lequel il est basé, à un endroit inespéré que seule la puissance visuelle et musicale du théâtre permet. Show Boat (), sans jamais perdre la vitalité et le romantisme de l’histoire centrale, parvient à aborder les questions raciales et à présenter ce qui, en 1927, était un point de vue très progressiste sur le rôle des Afro-Américains à la fin du 19ème siècle le long du Mississippi, et, plus subtilement, en 1927. De toute évidence, c’était quelque chose de très important pour Hammerstein. Dans Show Boat (), nous commençons à voir le germe du musical qu’il écrira vingt-deux ans plus tard avec Richard Rogers et dans lequel il rend sa position sur le racisme encore plus explicite, South Pacific ().

image
New London Theatre - 2016
image
New London Theatre - 2016

Un autre thème, présent tant dans le roman d’Edna Ferber que dans le musical de Kern et Hammerstein, est l’adoption par la culture blanche et la popularisation en son sein de la musique et de la danse «Noire». C’est furtif, mais significatif dans le roman avec la description de Magnolia chantant des chansons noires: « (…) comme elle avait appris à les chanter de Black Joe et de Queenie, dans une imitation inconsciente de la douce et rauque voix nègre de ses professeurs.» Cette imitation, ce talent, a permis à Magnolia de construire une carrière de chanteuse réussie et de subvenir à ses besoins et à ceux de sa fille après la désertion de Ravenal. Ce thème est poussé bien plus loin par Kern et Hammerstein. La façon dont il a été traité, ou non traité, dans les reprises est le sujet fascinant du livre de de Todd Decker «Show Boat: Performing Race in the American Musical».

Toute production de Show Boat () offre comme une sorte de test Rorschach de l’attitude d’un pays ou d’une époque envers la race et la volonté de traiter les questions inhérentes à la pièce originale. De nombreux questionnements au sujet de la notion de race existent dans Show Boat (), mais selon ce qui est souligné, ajouté, coupé ou clairement ignoré, le musical peut devenir un spectacle très différent.

Par exemple, la version originale de Show Boat () de 1927 semble étonnamment moderne par rapport au revival de 1946 ou au sirupeux film de la MGM de 1951, qui tous deux minimalisent les thèmes raciaux tant dans l’histoire que dans la forme musicale. Sans vraiment caricaturer, on peut dire qu’il existe autant de versions de Show Boat () que de revivals de l’œuvre; chacun a fait des coupes, des déplacements de scènes ou de changement de saveur… Le meilleur exemple est sans doute la façon dont diverses productions ont géré l’utilisation du «N-mot» dans le chœur d’ouverture de la partition originale...


 Chapitre suivant: "Show Boat - Le mot en N..."  

 Tome suivant: "1927 à 1943: difficultés"  

Histoire des musicals

Top