Tel:   0800 944 44
 graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Les musicals de Broadway

Chapitre 6 - 1927 - «Show Boat»

6.4. La ségrégation raciale aux USA

Comme nous l'avons vu, Show Boat () a été une révolution d'abord et avant tout parce qu'elle parlait de la vraie vie, des vrais États-Unis. Très loin des cartes postales. Il était donc question de racisme. Pour mieux comprendre le côté terriblement osé du propos, rappelons que lorsque Show Boat () a été créé, les Noirs ne peuvent s'assoir à côté des Blancs dans un bus. Et cela va encore durer 40 ans!!!

Nous avons donc décidé de rtetracer ici toute l'horreur et l'hypocrisie de cette partie de l'histoire américaine.

image
Cicatrices de flagellation sur un esclave.
Photo prise le 2 avril 1863, à Baton Rouge, Louisiane. La légende originale du photographe était:
«Le contremaître Artayou Carrier m'a fouetté. À la suite de cette flagellation, j'ai eu des escarres pendant deux mois. Mon maître est venu après que j'ai été fouetté; il a licencié le contremaître. Ce sont les propres paroles du malheureux Peter alors qu'il posait pour la photo.»

Avant l'Indépendance

Entre 1501 et 1870, on estime à 15 millions le nombre d’Africains déplacés vers les colonies du Nouveau Monde (continent américain). Dès 1750, les Africains comptent pour un quart de la population présente dans les colonies américaines. Ce trafic d’êtres-humains visait à fournir aux colons européens sur place une main d’œuvre forcée à travailler dans les plantations de cannes à sucres et de tabac et dans les industries de coton du Sud des États-Unis. Privés de leurs droits, séparés de leurs familles et traités comme de la marchandise, ils sont réduits à l’état d’esclave. Et à cette époque, il est tout à fait normal et légal d’exploiter et d’opprimer des millions d’esclaves noirs.

La Guerre de Sécession
(12 avril 1861 - 9 mai 1865)

La guerre de Sécession, plus communément appelée en Amérique du Nord «Civil War» (guerre civile) a déchiré les États-Unis pendant 4 ans et fait 617 000 morts parmi les combattants, soit bien davantage qu'aucune autre des guerres qui ont impliqué le pays, y compris les deux guerres mondiales.

Elle s'est achevée sur l'abolition de l'esclavage, la consolidation des institutions américaines... et la ruine du Sud.

Une guerre de principes

Les causes profondes du conflit résident dans l'opposition entre le Sud esclavagiste et le Nord industriel du pays.

Le 20 décembre 1860, en réaction à l'élection d'Abraham Lincoln à la présidence des États-Unis, la Caroline du Sud fait sécession. Avec dix autres États esclavagistes du Sud, elle constitue peu après une «Confédération des États d'Amérique» (Confederate States of America), avec pour président Jefferson Davis et pour capitale Richmond (Virginie).

Le 15 avril 1861, après un premier assaut des forces confédérées contre un fort dépendant du gouvernement fédéral, le président Lincoln lance un appel aux armes.

image
Robert E. Lee à Chancellorsville (Library of Congress)

Dès le début, les Confédérés sudistes bénéficient du ralliement d'excellents officiers, issus de l'aristocratie des planteurs. Parmi eux le généralissime Robert Edward Lee. Ces hommes ont le sentiment de défendre leur terre et leur culture et offrent peu de prise aux interférences politiques.

Mais en face, l'Union nordiste dispose d'une confortable supériorit: 22 millions d'habitants contre 9 millions au Sud (dont 3,7 millions d'esclaves noirs), un budget militaire et des effectifs deux fois plus élevés, un équipement industriel et un réseau de transports développés, une marine puissante.

Éphémères succès sudistes

Lors du premier affrontement, à Bull Run, le 21 juillet 1861, les troupes nordistes, fortes de 19.000 hommes, doivent céder le terrain face à 15.000 sudistes. À la tête des troupes sudistes, le généralissime Robert Edward Lee se révèle dès cette date un stratège remarquable.

Il est néanmoins repoussé peu après, à Antietam, dans le Maryland, le 17 septembre 1862, face à des forces deux fois supérieures en nombre (80.000 nordistes contre seulement 40.000 sudistes). En cette année 1862, l'Union nordiste jette toutes ses forces dans la bataille. Pour couvrir les besoins financiers, le Congrès de Washington vote la mise en circulation de billets de banque en remplacement de la monnaie métallique. Ces premiers billets sont surnommés «greenbacks» en raison de leur couleur verte. Le surnom leur est resté. Le 22 septembre 1862, le président Lincoln proclame l'émancipation des esclaves du territoire rebelle, avec effet au 1er janvier suivant.

Le Sud n'en remporte pas moins une ultime victoire à Chancellorsville, entre les deux capitales, où s'affrontent pendant quatre jours, du 1er au 4 mai 1863, l'armée confédérée des généraux Lee et Jackson et l'armée du Potomac du général Joe Hoocker, surnommé «Fighting Joe» (Joe le Batailleur). Dans les rangs nordistes, les désertions se multiplient. Les Noirs, rendus responsables de la guerre, sont même en butte à des accès de haine et victimes de lynchages.

Profitant de son succès, Lee monte jusqu'en Pennsylvanie, semant les destructions sur son passage. L'armée du Potomac, commandée par le général Meade, est sur ses talons. Rien n'est encore joué même si les rapports de force sont très favorables au Nord.

Gettysburg : le tournant de la guerre

Le tournant de la guerre se joue sur le champ de bataille de Gettysburg, les 1-3 juillet 1863. L'Union nordiste perd pendant ces trois jours 23.000 hommes (tués, blessés ou capturés), soit un quart des effectifs engagés dans la bataille. Les pertes de la Confédération sudiste s'élèvent de leur côté à 31.000 hommes, soit un tiers de ses effectifs. Quoique indécise, la bataille précipite la retraite du général sudiste Robert Edward Lee.

image
La battaille de Gettysburg.

Peu après, les nordistes commandés par le général Grant s'emparent de la ville de Vicksburg, sur les bords du Mississippi, replaçant le fleuve tout entier sous la souveraineté de Washington. Dans un sursaut, les 19 et 20 septembre 1863, le général confédéré Bragg attire l'armée fédérale dans l'anse de Chickamauga. Mais la résistance du général Thomas évite une déroute à l'armée fédérale.

Vers la victoire de l'Union

image
Statue de Abraham Lincoln à la Lincoln Memorial à Washington D.C.

Inexorablement, l'avantage passe au Nord. En mars 1864, le président Lincoln hisse le général Grant au grade de lieutenant général et lui confie le commandement de toutes les armées fédérales. Avec les 120.000 hommes de l'armée du Potomac, Grant marche contre l'armée de Virginie du Nord, qui ne dépasse pas 60.000 combattants, sous le commandement du général Lee.

Une succession d'engagements, en mai et juin 1864, causent des pertes énormes dans les deux camps, sans apporter d'issue décisive. C'est la campagne du désert («wilderness campaign»).

De son côté, le général Sherman poursuit sa «marche à la mer» à travers la Georgie. Il parcourt 500 kilomètres en 24 jours avec 65.000 hommes. Il brûle tout sur son passage et le 10 décembre 1864, livre Savannah aux flammes.

Fin de drame

En guise de bouquet final, le général Ulysses Simpson Grant s'empare, le 3 avril 1865, de Richmond, la capitale des Confédérés du Sud. Tandis que le président confédéré Jefferson Davis s'enfuit piteusement, le président Lincoln y fait une entrée triomphale, acclamé par les esclaves noirs... et quelques pauvres blancs.

Lee n'a plus avec lui que 26.000 hommes affamés et dépenaillés. Acculé à proximité de Richmond par les forces des généraux Grant et Sheridan, il tente une ultime sortie près du village d'Appomatox Court House. Battu, il se rend à Grant, avec de généreuses conditions pour ses hommes, autorisés à démobiliser avec chevaux et mules.

Un bilan très lourd

Le bilan de la guerre de Sécession s'avère très lourd. Les combats ont au total mobilisé quatre millions de combattants. Ils ont fait 359.000 morts chez les vainqueurs nordistes et 258.000 «seulement» chez les Sudistes.

Les généraux nordistes, forts d'une écrasante supériorité numérique, n'ont pas eu de grands scrupules à lancer de sanglantes offensives (comme, plus tard, les généraux de la Première Guerre mondiale). À l'opposé, le commandement sudiste, excellemment formé et conscient de son infériorité numérique, a davantage ménagé le sang de ses hommes.

image
Tombes de soldats en Virginie (Library of Congress).

Aux pertes militaires s'ajoutent quelques centaines de milliers de victimes civiles. Ainsi, la guerre la plus dure qu'aient jamais livrée les États-Unis aura été une guerre civile. Elle aura fait plus de victimes américaines que toutes les guerres du XXe siècle, y compris les deux guerres mondiales !...

Le 9 avril 1865, le président Abraham Lincoln reçoit la capitulation de l'ennemi quelques jours après avoir été réinstallé à la Maison Blanche pour un deuxième mandat (4 mars 1865). Il se prépare à réconcilier le Sud et le Nord avec charité et sans esprit de vengeance mais la mort va l'en empêcher... Il sera assassiné le 15 avril 1865, 6 jours après la capitulation!

Le 1er janvier 1863: proclamation d'émancipation de Lincoln

image

Pendant la guerre de Sécession, l'esclavage était toujours légal dans certains états nordistes mais esclavagistes (Delaware, Kentucky, Missouri, Maryland, Virginie-Occidentale) mais restés fidèles dans l'Union après le départ des États confédérés sudistes, cause de la guerre de Sécession. Partout ailleurs aux États-Unis, les esclaves furent affranchis soit par des normes adoptées antérieurement et individuellement par les États, soit, à défaut, par la proclamation d'émancipation d'Abraham Lincoln, proclamation qui s'appliquait depuis le 1er janvier 1863.

Cette proclamation d'émancipation d'Abraham Lincoln, est à juste titre célèbre, mais pourtant il ne s'agit pas d'une mesure d'abolition générale, mais d'une mesure de guerre par laquelle le président menaçait les propriétaires des États sécessionnistes sudistes, s'ils ne mettaient pas fin à la sécession dans les cent jours, d'affranchir leurs esclaves. La mesure ne concerne donc que les esclaves des États sécessionnistes, soit, il est vrai, près de 80 % d'entre eux, mais qui échappent en fait à l'autorité du Gouvernement fédéral, alors que les esclaves soumis réellement à son autorité ne sont pas émancipés. C'est pourquoi elle fut à l'époque vivement critiquée par les partisans de l'abolition, notamment en Europe.

En fait, le président Abraham Lincoln et son cabinet avaient rendu illégal l'esclavage sur le territoire des États en rébellion au moyen d'une mesure prise dans le cadre de l'urgence et des pouvoirs conférés au président en situation de guerre. Cette mesure permettait au gouvernement de se saisir de la propriété des rebelles sudistes (dans le cas d'espèce, les esclaves) et était fondée sur une disposition prévue en cas de conflit armé avec un autre État souverain, qualité que, paradoxalement, le gouvernement nordiste refusait de reconnaître aux sécessionnistes du Sud, estimant que la guerre était une guerre civile et non une guerre entre États.

Tout le monde s'accordait sur le caractère bancal de la proclamation d'émancipation, vu son fondement juridique particulièrement contestable. Il est donc apparu évident pour les abolitionnistes qu'inscrire cette interdiction absolue dans la Constitution américaine était le meilleur moyen de garantir de façon permanente l'abolition de l'esclavage. Mais bien évidemment, la Constitution est la «loi fondamentale» d'un pays, et on ne la modifie pas simplement, elle est «protégée». Aux Etats-Unis, la Constitution date de 1787. Les modifications à cette constitution originale sont appelés les «amendements». Peu après l'entrée en fonction du premier président de la République, Georges Washington, élu le 4 mars 1789, décision est prise d'ajouter à la Constitution dix amendements relatifs aux droits individuels. C'est la Déclaration des Droits (en anglais Bill of Rights), publiée le 17 décembre 1791 qui limite les pouvoirs du gouvernement fédéral et garantit les libertés de presse, de parole, de religion, de réunion, le droit de porter des armes, et le droit de propriété. Les douze premiers amendements ont été adoptés lors des quinze premières années suivant la création et l'approbation de la Constitution. Les dix premiers (le Bill of Rights) furent votés en 1791, le XIème amendement en 1795 et le XIIème amendement en 1804. Quand le XIIIème amendement fut proposé, cela faisait soixante ans qu'il n'y avait pas eu de nouvel amendement adopté.

Le 6 décembre 1865, XIIIème amendement: abolition

Le XIIIème amendement à la Constitution des États-Unis d'Amérique avait pour but d'abolir l'esclavage et la servitude involontaire aux États-Unis, sauf en cas de punition pour un crime.

C'est au terme de tractations houleuses et passionnées qu'une majorité de deux tiers fut finalement trouvée, d'abord au sénat des États-Unis (38 voix contre 6), puis à la chambre des représentants (119 voix contre 56), pour voter le projet d'amendement, respectivement le 8 avril 1864 (sénat), puis le 31 janvier 1865 (chambre des représentants). Dernière étape, la ratification de l'amendement par les 3/4 des États de l'union fut atteinte avec le vote favorable de la Géorgie, en décembre 1865, date à laquelle l'amendement entre donc en vigueur. Qui dit 3/4 des États veut dire que certains ne l'ont pas votée et que même si la constitution a été amendée, eux n'ont as supprimé l'esclavage. Par exemple, l'État du Mississippi ne l'a aboli qu'en ... 2013!!!!

Les «Black Codes»

Dans les mois qui suivirent la fin de la guerre de Sécession (avril 1865), les anciens États confédérés adoptèrent de nouveaux black codes, qui interprétaient a minima l'abolition de l'esclavage découlant de la proclamation d'émancipation du 22 septembre 1862 et du XIIIe amendement de 1865. Tandis qu'ils œuvraient à leur réintégration dans l'Union, les États du Sud accordèrent aux esclaves affranchis des droits civiques très limités, sans le droit de vote.

Les riches propriétaires de plantation craignaient de perdre leur exploitation, convaincus que les Noirs ne pouvaient travailler, au moins pour eux, en dehors de la contrainte. Par ailleurs, les black codes constituaient un bouclier pour empêcher les anciens esclaves de revendiquer la pleine égalité civique et sociale.

Les black codes, variables selon les États, garantissaient aux Noirs certains droits comme le mariage légal, et parfois le droit individuel à la propriété privée, mais restreignaient considérablement leur autres droits. En matière de justice, il leur était ainsi interdit de témoigner contre un Blanc ou d'être choisi comme juré. En matière politique, il leur était interdit d'être citoyen et de voter, et il ne pouvaient être membre d'une milice (ce que garantit normalement le IIe amendement de la constitution américaine), et donc de porter une arme. En matière de travail, et en réponse aux pressions des propriétaires de plantation, les black codes comportèrent souvent une disposition particulièrement coercitive décrétant que tous les Noirs qui n'étaient pas engagés dans un contrat de travail d'un an minimum s'exposaient à être arrêtés pour être loués aux propriétaires. Toujours en matière de travail, certains États sudistes limitaient l'accès à certaines professions aux Noirs, d'autres donnaient aux juges le pouvoir d'autoriser les Afro-américains de la deuxième génération de travailler pour les planteurs sans le consentement de leurs parents, ce qui permettait en pratique de remettre en œuvre le travail forcé.

Certains États supprimaient purement et simplement le droit d'acquérir de la terre, ce qui visait de nouveau à obliger les anciens esclaves à travailler pour leurs anciens maîtres.

image
Les Black Codes dans certains États prévoyaient que les «Negros» sans travail étaient des «vagabonds». Or, être un «vagabond« était illégal et punissable d'emprisonnement. D'autres Black Codes dans le même État prévoyaient que les prisonniers pouvaient être loués - sans leur accord préalable - à différentes sociétés commerciales. Cela nous donne l'exemple ci-dessus où une société de construction de chemin de fer dirigée par des Blancs dispose de toute la main d'oeuvre gratuite ou presque qu'elle désire. N'est-ce pas simplement un esclavage qui cache son nom?

Les «codes noirs» scandalisèrent l'opinion publique dans le Nord, car il semblait que le Sud recréait une forme de quasi-esclavage annulant les résultats de la guerre de Sécession. Après avoir remporté une large majorité au Congrès lors des élections de 1866, les républicains placèrent le Sud sous régime militaire d'occupation. De nouvelles élections furent organisées par l'autorité fédérale, dans lesquelles les affranchis pouvaient voter. Le suffrage fut également étendu aux Blancs pauvres, privés du droit de vote dans beaucoup de législations sudistes. Les nouveaux gouvernements des États sudistes abrogèrent tous les «Codes noirs».

La période de l'histoire des États-Unis allant de la fin de la guerre de Sécession jusqu'à 1877 est appelée la Reconstruction (appelée en anglais «Reconstruction Era», l'époque de la reconstruction). Elle verra la fin du régime esclavagiste de la Confédération, le retour des États du Sud dans l'Union mais aussi l’échec de l’intégration des affranchis afro-américains dans les anciens États du Sud, que ce soit du point de vue juridique, politique, économique ou social.

Début Reconstruction: 1868 et 1870, XIVème et XVème amendements

Pour éviter le retour des blacks codes, le XIVème amendement de la Constitution (garantissant la citoyenneté aux Noirs, et réduisant les droits des anciens rebelles) et le XVème amendement (garantissant le droit de vote pour les hommes majeurs et sains sans distinction raciale) furent votés, respectivement en 1868 et 1870.

Le XIVème amendement décrétait: «Toute personne née ou naturalisée aux États-Unis [...], est citoyen des États-Unis et de l'État dans lequel elle réside. Aucun État ne fera ou n'appliquera de lois qui restreindraient les privilèges ou les immunités des citoyens des États-Unis [...]».

Et le XVème amendement ajoutait: «Le droit de vote des citoyens des États-Unis ne sera dénié ou limité par les États-Unis, ou par aucun État, pour des raisons de race, couleur, ou de condition antérieure de servitude».

image
Dessin paru dans le Harper's Magazine d'octobre 1874 critiquant l'alliance de la White League et du Ku Klux Klan contre la reconstruction du Sud.

Les anciens esclaves pouvaient désormais voter, et de nombreux hommes politiques noirs furent élus dans tous les États du Sud - ils étaient même majoritaires en Caroline du Sud dont la population était aux deux tiers noire. Le Mississippi envoya deux sénateurs noirs au Sénat, dans la capitale, à Washington. «Nous étions fous de joie, nous nous prenions pour des héros. Ça y est, on était libres!» se rappelait Felix Heywood, un ancien esclave du Texas interviewé dans les années 1930.

Mais les portes de l'espoir se refermèrent bientôt, en raison du désengagement graduel des républicains nordistes, ainsi que du retour aux postes de pouvoir des anciens partisans de l'esclavage. Ces derniers se regroupèrent dans le Parti démocrate, localement aidé par le Ku Klux Klan, fondé en 1866, dont les cavaliers cagoulés entendaient reconquérir par la violence ce que la guerre et les urnes leur avaient ôté: la suprématie blanche dans le Sud. En 1871, le président Grant dut intervenir et a interdit le Ku Klux Klan.

Fin de la Reconstruction: la «Rédemption»

Les démocrates conservateurs, qui se désignaient sous le nom de «redeemers» (rédempteurs), regagnèrent État par État le contrôle du Sud, en utilisant parfois la fraude et la violence pour faire pencher les élections locales en leur faveur. Le compromis de 1877, la fin de l'occupation militaire du Sud et la perte des trois derniers États contrôlés par les Républicains marquèrent la fin de la Reconstruction.

Mais rappelons ici les bouleversements qui vienent de se dérouler dans les 10 années qui précèdent: malgré l'aboutissement de la guerre de Sécession, qui voit les fédérés anti-esclavagistes gagner, le racisme anti-Noirs reste extrêmement virulent dans les anciens États sudistes. Des «black codes» très discriminatoires sont votés dans le Sud dès les premiers mois suivant la victoire du Nord. Ils entraînent une réaction du Nord, qui fait voter les quatorzième et quinzième amendements à la constitution (garantissant les droits civiques des anciens esclaves), et déploie des troupes fédérales pour s'assurer de l'application des nouvelles règles.

Cette situation, vécue comme une «occupation», est très contestée par les Blancs du Sud, et crée une tension politique rendant difficile la réunification du pays.

image
Affiche de campagne du ticket Hayes/Wheeler

Le compromis de 1877

Les choses vont encore se compliquer à l'approche des élections présidentielles de 1876. Les démocrates, qui soutiennent largement les revendications des anciens États confédérés, affrontent donc durement les républicains lors de la campagne électorale.

Le 10 novembre 1876, trois jours après l'élection, Samuel Jones Tilden, le candidat démocrate, a emporté 184 grands électeurs, une voix de moins que la majorité. Rutherford Hayes, le candidat républicain en a 165. Les 19 votes de la Louisiane, de la Caroline du Sud et de la Floride sont incertains du fait des larges fraudes organisées par les deux partis. Ils pourraient amener à l'égalité! Les républicains et les démocrates revendiquent tous deux la victoire.

Pour compliquer les choses, l'un des trois grands électeurs de l'Oregon (remporté par Hayes) est disqualifié, ce qui ramène le nombre de votes pour Hayes à 164.

image
«A truce - not a compromise, but a chance for high-toned gentlemen to retire gracefully from their very civil declarations of war »
par Thomas Nast - Harper's Weekly, 1877
Thomas Nast décrit dans ce dessin ce qu'il espérait être le résultat de la commission électorale créée par le Congrès fin janvier. Alors que beaucoup dans le pays craignaient une nouvelle guerre civile, Nast espérait que la commission permettrait au Congrès de régler l'impasse sans violence. Nast, un républicain, a dessiné la main d'un républicain en tenant la main d'un démocrate en cherchant un pistolet sur une pile de papiers qui avertissait de la guerre civile si Samuel Tilden ne devenait pas président.

Il y a eu un débat considérable pour savoir qui de la Chambre démocrate ou du Sénat républicain avait l'autorité suffisante pour décider du sort des voix contestées des États du sud. En janvier 1877, la question restant toujours irrésolue, le Congrès accepte de soumettre le problème à une commission électorale bipartite qui serait autorisée à déterminer le destin des votes disputés. Après des contestations sur la composition de la commission, celle-ci se réunit en février et les huit républicains accordent les 20 votes incertains à Hayes. Ulcérés par cette décision, les démocrates empêchent le Congrès d'accepter les décisions de la commission. Il est même question de réunir des troupes pour marcher sur Washington, ce qui amène le président Grant à renforcer la sécurité militaire!!!

Comme le 4 mars (jour de l'investiture) approchait, les leaders des deux partis se sont rencontrés au Wormley's Hotel de Washington pour négocier un compromis, le fameux compromis de 1877.

Le compromis prévoit que les démocrates du Sud reconnaissent le républicain Hayes en tant que président, sous réserve de certaines exigences :

  • Retrait de toutes les troupes militaires fédérales des États anciens confédérés. Le retrait était amorcé depuis quelque temps, mais des troupes stationnaient toujours en Louisiane, en Caroline du Sud et en Floride.
  • Nomination d'au moins un démocrate du Sud au Cabinet Hayes: David M. Key, du Tennessee devint effectivement ministre des Postes.
  • Construction d'un second chemin de fer transcontinental passant par les États du sud, et prolongeant les lignes déjà existantes du Texas and Pacific Railway.
  • Une législation visant à aider à industrialiser le Sud et à le remettre sur pieds après les terribles pertes de la guerre civile.

La grande trahison

Trois points du compromis furent respectés: le nouveau président Hayes fut accepté sans problème, les troupes fédérales se retirèrent des trois derniers États sudistes, et un ministre démocrate sudiste fut choisi comme ministre des Postes.

Les deux autres points ne furent pas respectés: aucun effort sérieux ne fut fait pour financer un chemin de fer ou pour fournir toute autre aide fédérale à l'industrialisation du Sud. Cette situation contribua à donner au Compromis de 1877 la réputation d'avoir été inutile, d'où son nom de «Grande Trahison».

À moyen terme, les oppositions entre démocrates (en particulier démocrates du sud) et républicains (à dominante nordiste) furent en partie réglées par le compromis de 1877. Le compromis apaisa en particulier la situation d'opposition virulente entre le Sud et le Nord qui existait depuis la guerre de Sécession, prolongée par l'occupation militaire nordiste.

Retrouvant sa pleine autonomie, le Sud put mettre en place un régime rigoureux de ségrégation raciale, les lois Jim Crow.

Les lois Jim Crow

image

Toute une série d’arrêtés et de règlements, dits les «lois Jim Crow», réorganisent la société américaine afin que la population blanche soit «protégée» des Noirs désormais libres. Bien sûr, ces législations respectaient formellement les droits civiques attribués aux Noirs par les XIIIème amendement (interdiction de l'esclavage), XIVème amendement (égalité des droits) et XVème amendement (garantie du droit de vote), mais séparait Noirs et Blancs dans tous les domaines de la vie publique en se basant sur un principe «séparés mais égaux» qui sera validé par la cour suprême, d'abord partiellement en 1883 (civil rights cases, autorisant la ségrégation dans les propriétés privées, comme les hôtels ou les restaurants) puis totalement en 1896 (autorisant la ségrégation dans les transports et par extension dans le service public).

Le droit de vote des Noirs était en théorie protégé par le XVème amendement amendement, mais fut également restreint en pratique par une politique d'intimidation, ainsi que par des législations soumettant le droit de vote à des niveaux de revenu ou à des tests de connaissance (qui excluaient donc aussi les Blancs les plus pauvres).

Le compromis de 1877 et les lois Jim Crow furent donc pour le Nord un abandon des Noirs du Sud à leurs anciens maîtres...

C'est à ce moment de l'histoire américaine que commence Show Boat ()...

D'où vient le nom de «Jim Crow»? Comme nous l'avions vu (), il vient de la chanson Jump Jim Crow. Cette chanson est une critique des politiques populistes d'Andrew Jackson, composée et interprétée en 1832 par Thomas D. Rice, qui chante et danse en blackface, c'est-à-dire avec le visage et les mains peints en noir. La chanson et le spectacle qui l'inclut rencontrent un vif succès. Dès 1838, «Jim Crow» est une expression péjorative désignant les personnes noires vivant aux États-Unis. L'expression «Jim Crow laws» est répertoriée pour la première fois en 1892 dans le titre d'un article du New York Times consacré à la ségrégation dans les trains en Louisiane.

Pour ceux qui veulent connaître la suite...

Cent ans plus tard !

image
Décembre 1944 : soldats noirs capturés par les allemands pendant la Bataille des Ardennes. (Archives fédérales allemandes)

La Seconde Guerre mondiale représenta un tournant majeur dans l'histoire de la ségrégation. D'abord parce que la lutte contre les régimes totalitaires mit au premier plan les valeurs démocratiques et le respect des droits humains, et occasionna des comparaisons peu flatteuses entre la ségrégation américaine et les politiques racistes de l'ennemi. Dans un accès de franchise, le gouverneur de l'Alabama se plaignit de ce que le nazisme avait "ruiné les théories raciales qui nous avaient tant servi". Les Afro-Américains soutinrent la guerre, motivés à la fois par la perspective de victoire contre les forces de l'Axe et contre la ségrégation américaine. «Hitler nous a fait sortir de la cuisine des Blancs», se rappelait une ouvrière noire de Boeing.

Ensuite parce que la mobilisation militaire entraîna l'appel d'un million d'Afro-Américains sous les drapeaux. La plupart servaient dans des unités ségrégées, sous la férule d'officiers blancs, mais les GI noirs revinrent chez eux avec des espoirs nouveaux et la conviction que la ségrégation devait cesser. Ils n'étaient plus disposés à s'asseoir à l'arrière des bus. La mobilisation croissante des Noirs américains au sein d'associations, prélude au mouvement pour les droits civiques, s'amorça bien dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

image
Le lendemain de l'annonce de "Brown c. Board of Education",
Nettie Hunt s'est assise sur les marches de la Cour suprême des États-Unis
et a expliqué la décision à sa fille.

A cela il faut ajouter un changement décisif du côté de la Cour suprême. Des renouvellements dans sa composition, dont la nomination en 1953 d'un nouveau président, Earl Warren, précipitèrent la décision la plus retentissante, peut-être, de l'histoire juridique américaine: l'arrêt Brown v. Board of Education de Topeka du 17 mai 1954, qui déclarait anticonstitutionnelle la ségrégation des écoles publiques. «La séparation des enfants sur un fondement racial engendre un sentiment d'infériorité quant à leur statut dans la communauté qui peut affecter leurs esprits et leurs coeurs d'une manière irrémédiable

L'injonction juridique ne fut cependant pas respectée dans les États du Sud profond Louisiane, Mississippi, Alabama, Arkansas, Géorgie, Caroline du Sud, Floride d'autant que le président Eisenhower se réfugia dans un silence prudent. La résistance des partisans de la ségrégation s'organisa, appuyée par les législatures locales et la renaissance du Ku Klux Klan. En 1957, plutôt que d'accepter la déségrégation des écoles de Little Rock, Orval Faubus, gouverneur de l'Arkansas, mobilisa la garde nationale de son État puis fit fermer les écoles publiques pendant deux ans. Vers 1960, moins de 1 % des enfants noirs du Sud étaient scolarisés dans des écoles intégrées.

image
Ce 1er décembre 1955, Rosa Parks, une couturière noire de 42 ans, ne pouvait imaginer en montant dans le bus conduit par James Blake, que son refus de céder sa place à un passager blanc, allait changer son destin et contribuer à modifier la société américaine en profondeur.

Mais le militantisme afro-américain ne faiblit pas: le mouvement pour les droits civiques naquit symboliquement le 1er décembre 1955, lorsque Rosa Parks refusa de céder sa place dans un bus de Montgomery Alabama. Les Noirs du Sud affirmaient leur détermination: «Nous en avons assez d'être ségrégés et humiliés, assez d'être frappés par le pied brutal de l'oppression», s'exclama le jeune pasteur Martin Luther King dans l'une de ces envolées lyriques qui caractérisaient cet orateur hors pair. En 1957, lui et un groupe de pasteurs créèrent la SCLC Southern Christian League Conference, une organisation chrétienne prônant la désobéissance civile et la non-violence «pour abattre Jim Crow».

image
En 1962, James Meredith est escorté par
la police militaire pour gagner l'université
du Mississippi. [ - AP/Keystone]

Le système de ségrégation entra dans son agonie à partir du début des années 1960. John Kennedy, nouvellement élu, plus sensible que son prédécesseur aux pressions des militants des droits civiques, n'hésita pas à utiliser les forces armées fédérales pour mettre fin aux violences exercées contre eux. C'est sous la protection de l'armée que James Meredith, un étudiant noir, entra à l'université du Mississippi en 1962.

Les marches pacifiques et les sit-in se succédaient afin de forcer la main de John Kennedy et d'exposer aux yeux du monde la violence des partisans de la ségrégation, qui répondaient nuitamment par des meurtres et des attentats. En juin 1963, le président déclara que «la race n'avait pas de place dans la vie et dans le droit du pays». John Kennedy fut assassiné le 22 novembre, mais son successeur Lyndon Johnson poursuivit sa politique: la Civil Rights Act de 1964 déclarait illégale la discrimination reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe, ou l’origine nationale. Elle était conçue au départ pour protéger les droits des Afro-Américains. À la suite d'un amendement déposé par Howard W. Smith, la protection fut élargie à tous, hommes et femmes. Cette loi contribua à réformer la société américaine dans la mesure où elle interdisait la discrimination dans les bâtiments publics, dans l’administration et les emplois.

image
Lyndon Johnson signant le Civil Rights Act le 3 juillet 1964. Martin Luther King se trouve derrière lui.

«Maintenant, si on veut aller chez McDonald's, on peut aller chez McDonald's!» déclara une femme d'Atlanta.

Un an plus tard, la loi sur le droit de vote suspendait les clauses restrictives qui avaient éliminé les électeurs noirs, à la suite de campagnes militantes à Selma, dans l'Alabama, où la violence policière avait scandalisé les Américains. Le système pervers et destructeur de la ségrégation était à terre. La lutte contre les discriminations continuait.

image
Barack Obama, 44ème Président des États-Unis

 Chapitre suivant: "Show Boat - Résumé"  

 Tome suivant: "1927 à 1943: difficultés"  

Histoire des musicals

Top