Pas de biographie disponible.

Compositeur Musique additionelle Librettiste Parolier Metteur en scène Chorégraphe Producteur création Producteur version




Musical
0001 - Ziegfeld Follies of 1934 (1934)
Musique: Ballard MacDonald • Billy Hill • Fred Allen • H.I. Phillips • Harry Tugend • Samuel Pokrass • Vernon Duke
Paroles: E.Y. Harburg
Livret: David Freedman • Fred Allen • H.I. Phillips • Harry Tugend
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo:

Genèse:

Résumé:

Création: 4/1/1934 - Winter Garden Theatre (Broadway) - représ.



Musical
0002 - Ziegfeld Follies of 1936 (1936)
Musique: Vernon Duke
Paroles: Ira Gershwin
Livret: David Freedman
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Commentaire  

Genèse:

Résumé:

Création: 30/1/1936 - Winter Garden Theatre (Broadway) - représ.



Film
0003 - Goldwyn Follies (The) (1938)
Musique: George Gershwin • Vernon Duke
Paroles: Ira Gershwin
Livret:
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Commentaire  

The Goldwyn Follies is a 1938 Technicolor film written by Ben Hecht, Sid Kuller, Sam Perrin and Arthur Phillips, with music by George Gershwin, Vernon Duke, and Ray Golden, and lyrics by Ira Gershwin and Sid Kuller. Some sources credit Kurt Weill as one of the composers, but this is apparently incorrect. The Goldwyn Follies was the first Technicolor film produced by Samuel Goldwyn.

Genèse:

Résumé: The movie, which features Adolphe Menjou, Vera Zorina, Edgar Bergen (with Charlie McCarthy), Andrea Leeds, Kenny Baker, Ella Logan, Helen Jepson, Bobby Clark and the Ritz Brothers, depicts a movie producer who chooses a simple girl to be "Miss Humanity" and to critically evaluate his movies from the point of view of the ordinary person. The style of the film is very similar to other musicals of its era, including the "Gold Diggers" series and others. The film is an effective satire on Hollywood and has some excellent numbers choreographed by George Balanchine.

Création: 4/2/1938 - *** Film (***) - représ.



Musical
0004 - Banjo Eyes (1941)
Musique: Vernon Duke
Paroles: John LaTouche
Livret: Izzy Elinson • Joseph Quillan
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Commentaire  Isnpiration  Liste chansons  

Comme Hold On to Your Hats () d'Al Jolson, Banjo Eyes était un événement. La légende de la comédie musicale Eddie Cantor revenait pour la première fois sur scène à Broadway depuis 1928, alors qu’il avait joué dans le musical à succès Whoopee! (). Comme le musical de Jolson, la présence de Cantor promettait d’être un succès, mais, comme Jolson, la santé de Cantor (et peut-être le temps froid de New York) l’a forcé à quitter le musical et à rentrer chez lui en Californie. Donc Banjo Eyes s'est arrêté en moins de quatre mois.

Genèse:

Résumé:

Création: 25/12/1941 - Mark Hellinger Theatre (Broadway) - 126 représ.



Musical
0005 - Dancing in the Streets (1943)
Musique: Vernon Duke
Paroles: Howard Dietz
Livret: John Cecil Holm • Matt Taylor
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo: Commentaire  

Dancing in the Streets told the familiar story from a musical-comedy perspective, but unfortunately it closed after the second week of its Boston tryout and canceled its scheduled May opening on Broadway at the Imperial Theatre.

Genèse:

Résumé:

Création: //1943 - * Fermé en Try-Out () - représ.



Musical
0006 - Cabin in the Sky (1943)
Musique: Vernon Duke
Paroles: John LaTouche
Livret: Lynn Root
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Synopsis  Génèse  Liste chansons  

Pour son époque, Cabin in the Sky était une fable charmante sur le bien et le mal, prenant son histoire au sérieux et utilisant la chanson et la danse pour faire avancer l’intrigue. C’était tout sauf un musical rempli de clichés. Tout a été façonné avec délicatesse et les cinq rôles principaux de l’œuvre (trois humains, deux extraterrestres) incarnaient les thèmes qui s'affrontaient dans le musical. Aujourd’hui, l’œuvre peut sembler condescendante pour les Noirs, mais il n'y a aucun doute qu’elle a été conçue comme une histoire respectueuse et parfois même solennelle. En raison du «politiquement correct» très répendu aujourd'hui, Cabin in the Sky ne sera probablement plus jamais produit, et le revival de 1964 dans l'Off-Broadway s’avérera sans doute être la dernière version majeure du musical. Mais la version du film de 1943 ainsi que divers enregistrements de la partition garderont la place du musical dans l’histoire de Broadway.

Genèse: Lynn Root a écrit le livret et l’a apporté à George Balanchine, qui était impatient de mettre en scène une production entière à Broadway. Balanchine a apporté le script à Vernon Duke pour qu'il compose la musique. Il a déclaré: «En lisant le scénario, mon premier réflexe a été de le rejeter, car même si j’admirais la race noire et ses dons musicaux, je ne me croyais pas suffisamment sensible au folklore noir.» Cependant, Duke a fini par accepter le projet mais a insisté pour que l'on choisisse «un parolier avec un contact direct avec les Noirs du Sud». Duke a parlé à Ira Gershwin et E.Y. Harburg mais ils ont tous deux refusé. (Gershwin travaillait sur Lady in the Dark () () et Harburg pensait que le compositeur était «incapable d’écrire le genre de partition dont la pièce avait besoin».) Duke finit par choisir John Latouche comme parolier et les deux commencèrent à travailler à Virginia Beach. Ils voulaient absorber des aspects de la culture noire locale, mais «ont décidé de rester loin de l’authenticité pédante et d’écrire notre propre genre de chansons 'colorées'».

Résumé: Le pécheur Little Joe (Dooley Wilson) est sur son lit de mort, et sa femme Petunia (Ethel Waters) demande au Seigneur de donner une seconde chance à son mari. Little Joe obtient donc une prolongation de six mois pour se montrer digne d’entrer dans les portes nacrées. Le général de Lawd (Todd Duncan) et le fils de Lucifer (Rex Ingram) veillent sur les procédures et chacun espère être celui qui gagnera l’âme de Little Joe. Malgré sa deuxième chance, Little Joe cède à la tentation quand il est vampirisé par la méchante Georgia Brown (Katherine Dunham), mais tout finit bien quand Little Joe et Petunia sont emmenés dans cette cabine dans le ciel.

Création: 9/4/1943 - Al Hirschfeld Theatre (Broadway) - 156 représ.



Musical
0007 - Pink Jungle (The) (1959)
Musique: Vernon Duke
Paroles: Vernon Duke
Livret: Leslie Stevens
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  

Genèse:

Résumé: Eleanor West is the head of a cosmetics empire. When she dies, she is barred from heaven until she returns to earth and does a good deed, the first she would do. She gets Tess Jackson (one of the company's vice presidents) gets promoted to head of her empire. But, her goodness isn't recognized until she tells Tess that love is more important than a successful career.

Création: //1959 - * Jamais ouvert () - représ.