Pas de biographie disponible.

Compositeur Musique additionelle Librettiste Parolier Metteur en scène Chorégraphe Producteur création Producteur version




Musical
0001 - Dancing Around (1914)
Musique: Harry Carroll • Sigmund Romberg
Paroles: Harold R. Atteridge
Livret: Harold R. Atteridge
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Génèse  Liste chansons  

Genèse: Il doit y avoir un livret caché quelque part dans "Dancing Around", mais personne n'a réussi à le trouver… Le New York Times a déclaré que le livre « ne mérite guère d’être appelé ainsi »; en fait, il « ne mérite guère qu'on en parle » et il était « juste un petit dossier contenant quelques blagues ». Le New York Tribune a qualifié l’intrigue d’« invisible » et d’« inconséquente », et le New York Evening World a parlé d’« intrigue simple ». Mais pour autant, le spectacle a été un succès, joué lors de 145 repésentations, avant de partir en US Tour dans une version révisée. Les personnages comprenaient des soldats, des choristes et Al Jolson dans des rôles doubles (l’un en blackface comme son personnage familier Gus, et l’autre en whiteface comme le couturier efféminé Monsieur Jean). L’action se déroulait principalement à Londres et à Venise. La soirée a clairement pris le titre du spectacle au sérieux, et les danses comprenaient notamment « The Army Club Foxtrot », « Dance Eccentrique », « The Shepherd Gavotte », « Silhouette Ballet », « Dance Conceptions », « The Dancing Maniacs », « A Dance Study » et « The Shuffling Shivaree ». Bien sûr, à l'époque, un spectacle au Winter Garden était avant tout un spectacle de Jolson, et la star n’a pas déçu.

Résumé: Il doit y avoir un livret caché quelque part dans "Dancing Around", mais personne n'a réussi à le trouver…

Création: 10/10/1914 - Winter Garden Theatre (Broadway) - 145 représ.



Revue
0002 - Hands Up (1915)
Musique: Cole Porter • E. Ray Goetz • Sigmund Romberg
Paroles: E. Ray Goetz
Livret: Edgar Smith
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Commentaire  Liste chansons  

Quelle que soit la faiblesse de l’intrigue, Hands Up était un titre approprié parce que l’on y suivait le détective amateur Fake Kennedy dans son enquête pour retrouver une bague volée, un rubis de 100.000$. In fine, elle s’avère avoir été dans sa poche tout le temps !!! Ce spectacle contient la première chanson de Cole Porter chantée à Broadway: "Esmerelda".

Genèse:

Résumé: -

Création: 22/7/1915 - 44th Street Theatre (Broadway) - représ.



Musical
0003 - Robinson Crusoe Jr. (1916)
Musique: James Hanley • Sigmund Romberg
Paroles: Edgar Smith • Harold R. Atteridge
Livret: Edgar Smith • Harold R. Atteridge
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Génèse  Liste chansons  

Le spectacle fut le dernier grand musical que Jacob J. Shubert a mis en scène pendant la Première Guerre mondiale, et il a demandé à Romberg d'éviter l'un de ses idiomes musicaux austro-hongrois.

Genèse: "Robinson Crusoe Jr." a été écrit sur mesure pour la vedette Al Jolson qui l'a joué quatre mois à New York, a participé à un long US Tour. Ce spectacle offert à Jolson l’un de ses plus grands succès avec la chanson « Where Did Robinson Crusoe Go with Friday on Saturday Night? » Bien sûr, Jolson ne jouait pas le personnage-titre, mais les librettistes et les paroliers Harold Atteridge et Edgar Smith lui ont offert pas moins de trois rôles. Il a joué son personnage familier de Blackface, Gus, ici le chauffeur de Hiram Westbury (Claude Flemming), et quand Westbury rêve qu’il est Robinson Crusoe, Jolson a joué deux personnages dans le rêve: Vendredi, l’homme rencontré par Robinson, et le rôle d'une femme où Jolson a incarnait une houri turque nommée Fatima. L’histoire a commencé à Westbury Long Island Estate Westbury Towers où il a donné la permission d’un studio de cinéma pour filmer sa dernière épopée, celle-ci sur Robinson Crusoe. Westbury se fait prendre dans le à-faire, rêve qu’il est Crusoe, et pour la plupart de la comédie musicale Crusoe et son homme Vendredi Saint rencontrent des aventures qui sont un croisement entre le roman de Daniel Defoe et Treasure Island de Robert Louis Stevenson, avec l’esprit du capitaine Kidd (Frank Holmes) mis en place pour une bonne mesure. Dietz, Dan. The Complete Book of 1910s Broadway Musicals (pp. 339-340). Rowman & Littlefield Publishers. Édition du Kindle.

Résumé: Hiram Westbury, un millionnaire, est épuisé par certains cinéastes qui veulent utiliser son domaine comme lieu de tournage. Il s'endort. Dans son rêve, il s'imagine être Robinson Crusoe, Jr. Son chauffeur, joué par Al Jolson, est son Vendredi. Jolson a joué le chauffeur en Blackface. Les rêves constituent la majeure partie du spectacle. Après la scène d'ouverture, le couple se rend sur l'île de Crusoe, dans laquelle se trouve une forêt hantée, et sur un bateau pirate avec un équipage de chorus girls!!! Selon Foster Hirsch, les «galaxies scintillantes de filles magnifiques, glorieuses et joyeuses ont monopolisé joyeusement cette folle et joyeuse soirée créant dix scènes formidables de Robinson Crusoe, Jr.» À un moment de l'histoire, les arbres se réveillent et commencent à se balancer au rythme de la musique. Jolson a des interactions comiques avec une chèvre et un crocodile. Il y avait aussi une scène dans laquelle Vendredi rencontre un groupe de cannibales et est assez déconcerté quand il lit leur menu, découvrant qu’il en constitue l’entrée principale. Le deuxième acte plus court se déroule dans la maison du millionnaire.

Création: 17/2/1916 - Winter Garden Theatre (Broadway) - 139 représ.



Musical
0004 - Sinbad (1918)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Harold R. Atteridge
Livret: Harold R. Atteridge
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Commentaire  Génèse  Liste chansons  

Sinbad - écrit à destination d’Al Jolson - a été l’un des spectacles avec la plus longue série de la saison 1917-1918 (se jouant même jusqu'en mars 1919), et il a présenté Rock-a-Bye Your Baby with a Dixie Melody, l’un des plus grands succès de Jolson et l’une de ces chansons emblématiques qui semblent avoir été à la naissance de la musique américaine.

Genèse: Le musical a été produit par Lee Shubert et J. J. Shubert et mis en scène par J. C. Huffman et J. J. Shubert. Après un try-out à New Haven, Connecticut, la production de Broadway a ouvert le 14 février 1918 au Winter Garden Theatre, où elle a enchaîné 404 représentations, un triomphe populaire. Le casting comprenait Jolson (en partie en Blackface), Kitty Doner, Constance Farber et Forrest Huff. Ce spectacle était un musical qui n’avait guère d’autre but que de servir de véhicule à Jolson, qui chantait des chansons écrites pour lui et d’autres, tandis que les chansons de Romberg formaient le spectacle. Comme pour les spectacles précédents de Jolson, les chansons ont été modifiées pendant la série et pour l'US Tour, qui a duré près de deux ans.

Résumé: Dans un country club de Long Island, Nan Van Decker, une mondaine fortunée, a du mal à choisir parmi deux hommes à qui confier une lourde question financière. Elle consulte une boule de cristal, et la boule lui montre des scènes arabes exotiques, des gens tout aussi exotiques comme Inbad, un porteur, et bien entendu une version moyen-orientale du valet de Long Island, Gus, le personnage mythique d'Al Jolson. Des scènes fantastiques s'enchaînent, et Inbad rencontre une série de personnages des Mille et une nuits, dont Sinbad le marin.

Création: 14/2/1918 - Winter Garden Theatre (Broadway) - 404 représ.



Musical
0005 - Poor Little Ritz Girl (1920)
Musique: Richard Rodgers • Sigmund Romberg
Paroles: Alex Gerber • Lorenz M. Hart
Livret: George Campbell • Lew M Fields
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo:

Le légendaire partenariat de Richard Rodgers et Lorenz Hart a connu un début difficile avec leur première comédie musicale de Broadway, Poor Little Ritz Girl. Lors de la soirée d’ouverture de Broadway, ils ont découvert que le producteur Lew Fields avait jeté plus de la moitié de leurs chansons et les avaient remplacées par des chansons du parolier Alex Gerber et du compositeur Sigmund Romberg. Malgré cela, Rodgers et Hart ne pouvant se permettre d'être trop rancuniers, Fields produira ou coproduira encore 5 musicals de Rodgers et Hart ( The Girl Friend , Peggy-Ann, A Connecticut Yankee, Present Arms et Chee-Chee).

Genèse:

Résumé:

Création: 28/7/1920 - Central Theatre (Broadway) - 119 représ.



Musical
0006 - Bombo (1921)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Harold R. Atteridge
Livret: Harold R. Atteridge
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Commentaire  Génèse  Liste chansons  

Genèse: Après "Sinbad", Al Jolson est revenu à Broadway dans le rôle-titre de "Bombo", qui était la production inaugurale pour le nouveau Jolson’s 59th Street Theatre, que les Shuberts ont nommé en l’honneur de la star (le lieu était en fait sur la 58e rue Ouest et la septième avenue). "Bombo" fut un succès, tenant l'affiche la majeure partie de la saison, puis partant en US Tour avant un retour à Broadway au Winter Garden Theatre le 14 mai 1923, pour 32 représentations supplémentaires. La majeure partie de la partition a été écrite par le parolier Harold Atteridge et le compositeur Sigmund Romberg, mais la soirée comprenait de nombreux ajouts, dont trois sont devenus des standards à jamais identifiés à Jolson. À un moment ou à un autre, pendant la série de Boradway ou dans l'US Tour qui s'en est suivi, Jolson a présenté « California, Here I Come » et « Toot, Toot, Tootsie (Goo’Bye!) ». Selon certaines sources, il semble que « April Showers », la troisième chanson à succès du spectacle, a été ajoutée pendant la tournée, mais la chanson a été aussi chantée lors de la soirée d’ouverture car au moins trois critiques l’ont distinguée, l’une mentionnant même que la chanson n’était pas répertoriée dans la liste des chansons du spectacle. Malgré le succès de "Bombo", Jolson ne joua a plus jamais au théâtre qui portait son nom.

Résumé: Gus (joué par Jolson en Blackface, son personnage mythique) est un homme vivant à Gênes, en Italie en 1921 qui se retrouve transporté dans le temps en Espagne en 1492. Adoptant le nom de "Bombo", Gus rencontre l’explorateur Christophe Colomb et devient un esclave que Christophe Colomb amène avec lui lors de son premier voyage dans le Nouveau Monde.

Création: 6/10/1921 - New Century Theatre (Broadway) - 218 représ.



Opérette
0007 - Student Prince (The) (1924)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Dorothy Donnelly
Livret: Dorothy Donnelly
Production originale:
8 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Génèse  Liste chansons  

Genèse: The Student Prince est une opérette en quatre actes avec une musique de Sigmund Romberg et un livret et des paroles de Dorothy Donnelly . Il est basé sur la pièce «Old Heidelberg» de Wilhelm Meyer-Förster. L'opérette a des éléments de mélodrame mais n'a pas le style capes et épées commun aux autres œuvres de Romberg. L'intrigue est en grande partie fidèle à sa source. Le spectacle a ouvert ses portes le 2 décembre 1924 au Jolson's 59th Street Theatre à Broadway. Le spectacle a été celle qui a recuilli leplus grand succès parmi les œuvres de Romberg, avec 608 représentations, soit la plus longue série de Broadway dans les années '20. Même le classique Show Boat, le musical avec la plus longue série des années '20, n'a pas joué aussi longtemps - il a tenu 572 représentations. «Drinking Song», avec son refrain enthousiasmant de "Drink! Drink! Drink!" était particulièrement populaire auprès des amateurs de théâtre en 1924, car les États-Unis étaient en pleine prohibition. L'opérette contient le difficile air de ténor «The Serenade» ("Overhead the moon is rayonnant"). Ernst Lubitsch a réalisé un film muet basé sur le travail de Förster, intitulé The Student Prince in Old Heidelberg, avec Ramón Novarro et Norma Shearer. Sa partition orchestrale n'utilisait aucune partition de Romberg, même si elle incluait «Gaudeamus Igitur». L'opérette a été reprise deux fois à Broadway - une fois en 1931 et à nouveau en 1943. La performance de Mario Lanza sur la bande originale du film de la MGM de 1954, The Student Prince , a renouvelé la popularité de nombreuses chansons. Le compositeur Nicholas Brodszky et le parolier Paul Francis Webster ont écrit trois nouvelles chansons pour le film. Deux de ces chansons - «I'll Walk with God» et «Beloved», ainsi que «Serenade» - sont devenus étroitement associés à Lanza, bien que le rôle ait été joué à l'écran par l'acteur britannique Edmund Purdom, qui a mimé en playback les enregistrements vocaux de Mario Lanza. L'opérette a été reprise dans les années '70 et '80 par le Light Opera de Manhattan et en 1988 par le New York City Opera. L'opérette a été jouée chaque été au Festival du château de Heidelberg pendant plusieurs décennies à partir de 1974.

Résumé: Prologue Le prince Karl Franz est l'héritier du royaume (fictif) allemand de Karlsberg. Orphelin de père, il a grandi dans des conditions militaires plutôt sombres de la vie de château («By our bearing so sedate»). Il a été éduqué par des tuteurs, en particulier le gentil docteur Engel, qui lui a appris les chansons de son alma mater , la célèbre Université de Heidelberg («Golden Days»). Karl Franz a été promis en mariage, depuis l'enfance, à la princesse Margaret (Johanna dans certaines versions), mais il ne l'a jamais rencontrée. Son grand-père, le roi Ferdinand, l'envoie incognito à l'Université, pour vivre comme un étudiant ordinaire et améliorer ses compétences sociales. Karl Franz part sous l'œil vigilant du docteur Engel, accompagné de son prétentieux valet Lutz, qui a son propre assistant, Hubert. Acte I À Heidelberg, Herr Ruder tient la rustique auberge Three Gold Apples («Garlands Bright»). Sa belle nièce Kathie est serveuse dans le café de l’auberge. L'auberge est très appréciée des étudiants, qui y vont pour boire et chanter («Drink! Drink! Drink!», «To the Inn We're Marching»). Karl Franz, les capricieux Lutz et Hubert arrivent pour le trimestre du printemps et prennent des chambres au Three Gold Apples, pour le plus grand plaisir d'Engel et le dégoût de Lutz («In Heidelberg Fair», «Welcome to Prince»). Karl tombe amoureux, presque au premier regard, de Kathie, qui lui rend son affection («Deep in My Heart, Dear»). Mais il est un héritier royal, et elle n'est qu'une roturière. Karl Franz se lie également d'amitié avec trois étudiants, Detlef, Lucas et von Asterberg. Il n'hésite pas à partager la camaraderie de la vie étudiante, avec des nuits de beuveries et de chants enthousiastes («Overhead the Moon is Beaming»). Il rejoint leur cercle étudiant («Come Sir, Will You Join Our Noble Saxon Corps?»). Acte II À mesure que le trimestre s'écoule, Karl Franz et ses amis continuent à profiter de la vie étudiante («Farmer Jacob Lay-a-Snoring», «Students' Life»). À la fin du trimestre, Karl Franz et Kathie sont profondément amoureux. Mais c'est alors que Karl Franz reçoit une visite surprise de la princesse Margaret et de sa mère. Ils apportent la nouvelle que le roi est malade et ordonne au prince de rentrer chez lui pour la cérémonie des fiançailles avec la princesse. Karl Franz et Kathie envisagent de s'enfuir à Paris. Mais le docteur Engel et le comte Von Mark (le premier ministre de Karlsberg) rappellent au prince son devoir envers son royaume. Karl Franz accepte à contrecœur d'obéir à l'ordre du roi. Il promet à Kathie qu'il reviendra bientôt («Farewell, Dear»). Il prend congé de ses amis («Thoughts Will Come Back to Me»), et les étudiants saluent l'Université («Gaudeamus Igitur»). Acte III De retour à Karlsberg, deux ans passent durant lesquels il est impossible à Karl Franz de retourner à Heidelberg. Son grand-père est décédé et Karl Franz est maintenant roi. Sa vie est organisée en fonction de ses obligtions à la cour («Waltz Ensemble»). Mais la princesse Margaret a également eu une relation secrète avec un autre homme, le capitaine Tarnitz («Just We Two»). Mais en tant que roi, Karl Franz doit honorer ses fiançailles avec Margaret («Gavotte»). Margaret sait que Karl Franz a longtemps pensé à un ancien amour: elle a entendu des rumeurs selon lesquelles à Heidelberg, il serait tombé amoureux de la nièce d'un tenancier de taverne. Des nouvelles d'Heidelberg nous apprennent que le docteur Engel y est décédé. On persuade Karl Franz de visiter Heidelberg pour une brève réunion avec ses anciens amis mais il espère surtout revoir Kathie («What Memories»). Act IV La princesse Margaret se rend d'abord à Heidelberg et rend secrètement visite à Kathie. Margaret la persuade que pour le bien du royaume, elle doit rompre avec Karl Franz. Elles conviennent que Kathie dira à Karl Franz qu'elle est amoureuse d'un autre homme et qu'elle va l'épouser. Karl Franz sera alors enfin libre d'accepter Margaret, qui l'aime. Pendant ce temps, les étudiants d'Heidelberg continuent leurs joyeuses habitudes («Sing a Little Song», «To the Inn We Marching (reprise)», «Overhead the Moon is Beaming (reprise)», «Come Boys, Let's All Be Gay Garçons»). Karl Franz arrive, rencontre ses vieux amis et rend visite à Kathie. Fidèle à sa promesse, elle lui parle de son nouvel amour fictif et de ses plans de mariage. Karl Franz décide d'épouser Margaret sans plus attendre, mais Kathie sera toujours son véritable amour («Deep in My Heart Dear (reprise)»).

Création: 2/12/1924 - New Century Theatre (Broadway) - 608 représ.



Musical
0008 - Louie The 14th (1925)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Arthur Wimperis
Livret: Arthur Wimperis
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo:

Genèse:

Résumé:

Création: 3/3/1925 - International Theatre (Broadway) - 319 représ.



Musical
0009 - Princess Flavia (1925)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Harry B. Smith
Livret: Harry B. Smith
Production originale:
0 version mentionnée
Dispo:

Genèse:

Résumé:

Création: 2/11/1925 - Century Theatre (Broadway) - 152 représ.



Musical
0010 - Desert Song (The) (1926)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Otto Harbach
Livret: Frank Mandel • Oscar Hammerstein II • Otto Harbach
Production originale:
10 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Génèse  Isnpiration  Liste chansons  

Lorsque l’opérette The Desert Song de Sigmund Romberg a ouvert ses portes à Broadway en 1926, il s’agissait en fait d’une pièce contemporaine très vaguement inspirée d'événements politiques en Afrique du Nord. Le musical est centrée sur le mystérieux Red Shadow, un soi-disant Robin des Bois du Maroc, qui dirige les tribus rebelles du Riff contre les Français. Mais le robuste Red Shadow est en réalité Pierre Birabeau, le fils du gouverneur général français Birabeau. Pour cacher son identité, Pierre pose comme un doux et doux introverti qui aime lire des livres…

Genèse: Sur scène Le premiers rôles de la production originale de Broadway étaient le baryton écossais Richard Halliday et Vivienne Segal. Le spectacle a été mis en scène par Arthur Hurley et chorégraphié par Bobby Connolly, qui chorégraphiera plus tard le célèbre film de 1939, The Wizard of Oz. Dans la production londonienne de 1927 au Theatre Royal Drury Lane, les interprètes des rôles principaux sont Harry Welchman et Edith Day. De nombreux extraits ont été enregistrés avec la distribution londonienne soutenue par l’orchestre et le chœur de Drury Lane sous la direction d’Herman Finck. Le spectacle est brièvement repris à Broadway en 1946 (au New York City Center) puis en 1973. Adaptations au cinéma The Desert Song a été adapté au cinéma trois fois. Toutes les versions ont été produites par Warner Brothers. Version 1929 - En 1929, une production somptueuse a été tournée, avec des séquences en Technicolor et mettant en vedette John Boles et Myrna Loy. Cette version était scrupuleusement fidèle à l’esprit de la production originale de Broadway et est devenue un énorme succès. Dans les années '40, le film original de 1929 était devenu illégal à voir ou à exposer aux États-Unis en raison de son contenu pré-code qui comprenait des insinuations sexuelles, un humour suggestif obscène et une discussion ouverte sur des thèmes tels que l’homosexualité. Apparemment, les séquences Technicolor n’ont survécu qu’en noir et blanc. Version 1943 - Une deuxième version a été réalisée en 1943, dont le scénario a été modifié par actualité: le héros combat ici les nazis. Filmé en Technicolor, il met en vedette Dennis Morgan et Irene Manning. Version 1953 - Une troisième version en couleur a été réalisée en 1953. Une version dont la plupart des thèmes «adultes» et une bonne partie de l’humour ont été supprimés. On peut dire que l'époque a voulu «désinfecter» le film de son excès de liberté issue des années '20. Cette version modifie l’intrigue pour faire du général Birabeau le père de Margot, plutôt que le père de l’Ombre Rouge, comme dans la pièce. On y retrouvait Kathryn Grayson, Gordon MacRae et Allyn McLerie dans le rôle d’Azuri.

Résumé: Le général français Birabeau a été envoyé au Maroc pour débusquer et détruire les Riffs, une bande de rebelles arabes, qui menacent la sécurité de l’avant-poste français dans le désert marocain. Leur chef audacieux est le mystérieux "Red Shadow", un Français. L’Ombre Rouge, son lieutenant arabe, Sid El Kar, et leur riche hôte, Ali Ben Ali, discutent des mérites relatifs de la tradition orientale d’amour pour un harem de femmes (comme avoir un jardin plein de fleurs parfumées) et de l’idéal occidental d’aimer une seule femme pour toute la vie. Margot Bonvalet, une jolie Française impertinente, va bientôt se marier au fort français au bras droit de Birabeau, le capitaine Fontaine. Le fils de Birabeau, Pierre, en réalité l’Ombre Rouge, aime Margot, mais feint d’être une mauviette pour préserver son identité secrète. Pendant ce temps, Benny, journaliste, et la fille qui l’aime, Susan, apportent des moments comiques et plus légers à l'intrigue. Margot raconte à Pierre qu’elle aspire secrètement à être emportée dans les bras d’un cheikh audacieux et fringant, peut-être même de l’Ombre Rouge lui-même. Pierre, comme l’Ombre Rouge, kidnappe Margot et lui déclare son amour. À sa grande surprise, le mystérieux ravisseur de Margot la traite avec toute considération occidentale. Benny et Susan sont aussi capturés. Lorsque l’Ombre Rouge se retrouve face au général Birabeau, le vieil homme défie le chef rebelle en duel. Bien sûr, Pierre ne tuera pas son propre père, alors il refuse de se battre, perdant le respect des Riffs. Azuri, la danseuse indigène sinueuse et secrète, qui connaît le secret de la véritable identité de l’Ombre Rouge, pourrait être persuadée de révéler l’information si elle pouvait attirer l’attention du capitaine Fontaine. Finalement, l’identité de l’Ombre Rouge est découverte, un accord est conclu avec les Riffs, et Pierre et Margot vivent heureux pour toujours.

Création: 30/11/1926 - Casino Theatre (Bway) (Broadway) - 465 représ.



Musical
0011 - Rosalie (1928)
Musique: George Gershwin • Sigmund Romberg
Paroles: Ira Gershwin • P. G. Wodehouse
Livret: Guy Bolton • William Anthony McGuire
Production originale: Florenz Ziegfeld
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Commentaire  Génèse  Liste chansons  

L’histoire est celle d’une princesse d’un pays lointain qui vient en Amérique et tombe amoureuse d’un lieutenant de West Point. Il a été produit pour la première fois à Broadway en 1928 au New Amsterdam Theatre et adapté en 1937 au cinéma avec des chansons de Cole Porter.

Genèse: Création Deux mois après Funny Face, dont le succès est moindre qu’espéré, Ziegfeld décide de produire un nouveau musical, Rosalie (du nom de sa mère). Il a embauché son auteur préféré William Anthony McGuire pour rédiger le livret. McGuire a basé son histoire sur des faits réels: le tour du monde accompli par la reine Marie de Roumanie, la princesse Ileana et le prince Nicolas, s'arrêtant à West Point, mais aussi sur l’exploit du vol transatlantique de Charles Lindbergh. Le compositeur choisi par Ziegfeld est Sigmund Romberg. Mais ce dernier, en fonction des délais très courts imposés par le production, prévient qu’il ne parviendra pas à livrer toutes les chansons s’il reste le seul compositeur… Rien n’impressionnant Ziegfeld, ce dernier contacte le jeune George Gershwin qui accepte car, selon ses dires, «j’admire tellement Marilyn Miller (actrice principale et amante de Ziegfeld) et Jack Donahue que j’aimerais tant composer pour eux». Mais Gershwin est déjà sur un autre projet qui se décale et il va devoir revenir sur sa promesse. Ziegfeld va être direct et convainquant en lui envoyant un télégramme très clair: «Après ta promesse et vu les circonstances, Georges, ne penses-tu pas que tu pourrais composer trois ou quatre chanson pour le musical avec Marilyn Miller et Jack Donahue, que nous pourrions spécialement annoncer. Marilyn est si impatiente d’avoir une musique de toi à chanter et à danser, comme tu m’avais promis de le faire.» Gershwin a accepté de participer au spectacle. Loin des trois ou quatre chansons demandées par Ziegfeld, George et Ira en ont préparé au moins 17 et peut-être 3 ou 4 autres de plus – pas toutes utilisées, naturellement. Pour au moins huit d’entre elles, Gershwin a retravaillé des airs antérieurs, remontant jusqu’à «When the Mites Go By» (paroles, Clifford Grey) d’un musical non produit, Flying Island (1922), pour devenir le chœur «When Cadets Parade»; et «Wait a Bit, Susie» de Primrose (1924), avec de nouvelles paroles pour une chanson pour Dick et Rosalie, «Beautiful Gypsy». Il a aussi recyclé ou adapté des chansons de Lady, Be Good! («The Man I Love»), Oh, Kay! («Show Me the Town ») et Strike Up the Band («Yankee Doodle Rhythm»), ainsi que quatre chansons initialement destinées à Funny Face: «Dance Alone with You» (devenant «Ev’rybody Knows I Love Someone»), «When the Right One Comes Along» (devenant «Say So!»), «How long has this been going on?» et «Setting-Up Exercices». George Gershwin et Romberg n’ont co-composé que sur une seule chanson «Under the Furlough Moon». Par contre Ira Gershwin et Wodehouse ont co-écrit de nombreuses paroles de chansons. Try-out à Boston Lors des try-out à Boston au Colonial Theater, le 8 décembre 1927, Ziegfeld annonçait au public présent d’être «judicieux avec vos applaudissements car ils nous permettront de mieux savoir ce qu’il s’agit de couper avant d’arriver à Broadway». Mais le public a applaudi toutes les chansons avec enthousiasme. Une demi-heure de spectacle sera cependant supprimée. Création à Broadway Le musical a été créée à Broadway au New Amsterdam Theatre le 10 janvier 1928 et s’est joué durant 335 représentations. Mise en scène par William Anthony McGuire, la distribution met en vedette Marilyn Miller dans le rôle de la princesse, Frank Morgan dans celui de son père, le roi Cyril, Bobbe Arnst (Mary), Margaret Dale (la reine) et Jack Donahue. Le scénographe, Joseph Urban, et le costumier, John Harkrider, «ont conçu des tableaux de scène élaborés allant d’une place publique... à une salle de bal de West Point ou à une discothèque parisienne.» Michel Fokine chorégraphie le ballet du deuxième acte où il dispose d’un chœur de ballet de 64 danseurs!!! La presse est enthousiaste même si certains sont un peu ironiques comme Alexander Woolcott dasn World: «There comes a time once in every two or three years when the vast stage of that playhouse [the New Amsterdam] begins to show signs of a deep and familiar agitation. Down in the orchestra pit the violins chitter with excitement and the brasses blare. The spotlights turn white with expectation. Fifty beautiful girls in simple peasant costumes of satin and chiffon rush pellmell onto the stage, all squealing simple peasant outcries of “Here she comes!” Fifty hussars in a fatigue uniform of ivory white and tomato bisque march on in column [s/c] of fours and kneel to express an emotion too strong for words. The lights swing to the gateway at the back and settle there. The house holds its breath. And on walks Marilyn Miller.» Autres productions Malgré son succès originel, le musical Rosalie, à l'exception de quelques représentations dans de petites compagnies, n'a jamais été jouée à nouveau. Adaptation au cinéma En 1930, la MGM a engagé Wodehouse pour adapter Rosalie au cinéma pour le réalisateur Marion Davies, mais le projet est finalement abandonné, en partie à cause de l’intérêt déclinant pour les musicals, mais aussi peut-être à cause de l’indifférence de Davies pour l’œuvre. En 1936, après que le retour des films musicaux à la mode, le studio a de nouveau souscrit aux services de Wodehouse pour préparer une adaptation cinématographique. Le premier auteur, William McGuire, maintenant producteur du film, finira par réécrire lui-même le scénario. La MGM a commandé une nouvelle partition à Cole Porter, ce qui semble totalement inexplicable: mettre des chansons de Gershwin à la poubelle! Réalisé par W. S. Van Dyke, Rosalie (1937) met en vedette Nelson Eddy et Eleanor Powell avec Frank Morgan recréant son rôle de Broadway, et Ray Bolger dans le rôle de Donahue. L’histoire est restée très proche de la version de Broadway, reprenant une partie du dialogue original.

Résumé: Acte I Le musical ouvre sur une grande place devant le palais royal dans le pays fictif de Romanza. La foule se rassemble pour attendre l'arrivée d’un héros, le lieutenant aviateur Richard (Dick) Fay, un cadet de West Point («Here They Are»), qui vient rendre visite à une fille qu'il a rencontrée à Paris. Parmi la foule se trouvent deux Américains, l'ancien champion de boxe Michael O'Brien et sa fille, Mary qui attend elle son petit ami Bill, également cadet de West Point et ami proche de Dick. Mary est persuadée que Bill escortait le lieutenant Dick Fay lors de son vol héroïque («Show Me The Town»). Le Royaume de Romanza a pour roi Cyril de Romanza, un coureur de jupons. Son royaume est en grandes difficultés financières. Il tente lors d'une visite aux États-Unis d’obtenir un prêt pour son pays et sa femme projette de marier leur fille, la Princesse Rosalie avec le capitaine Carl Rabisco, fils du riche prince Rabisco et ami de la famille royale. Mais personne ne sait que notre héros aviateur, Dick, vient en fait rejoindre Rosalie, dont il ne connaît pas lui-même la condition de Princesse de Romanza! Lorsque Dick et Rosalie se rencontrent, ils se rendent compte qu'ils sont amoureux («Say So!»), mais quand Dick découvre qu'elle est une Princesse, il entre dans une terrible colère. Tout ce petit monde se rend aux États-Unis. Pendant ce voyage en mer sur le SS Isle de France, Rosalie et Bill se lient d’amitié («Let Me Be a Friend to You»). Dick a entre-temps été promu capitaine («West Point Bugle»). Sur la terrasse de West Point, les cadets saluent la fête royale («West Point March»). Dick et Rosalie ont dépassé le malentendu lié à la condition de Princesse de Rosalie et vivent un parfait amour («Oh Gee!-Oh Joy!»). Mais lorsque Dick rencontre la reine, les choses se passent très mal. Rosalie accepte les ordres de sa m ère d'épouser le capitaine Carl afin d’éviter toute condamnation («Kingdom of Dreams»). Afin d’éviter tout risque inutile, pendant la préparation du mariage entre Carl et Rosalie, la reine décide que Rosalie restera sur le bateau pendant le reste de leur séjour à West Point. Acte II Lors d'un bal à West Point («Opening Valse»), l’autre couple-vedette de ce musical, Mary et Bill, se chamaille à propos de la musique américaine («New York Serenade») que Mary adore. Pendant ce temps, le roi Cyril de Romanza en profite pour flirter avec différentes femmes («The King Can Do No Wrong»). Mary et Bill règlent leur désaccord sur la musique («Ev'rybody Knows I Love Somebody»). Rosalie, aidée de Bill, quitte sa retraite forcée sur le bateau et rejoint la salle de bal, déguisée en cadet («Follow the Drum»). Tous ses événements poussent Mary, isolée, à réfléchir sur la nature et la véracité des sentiments qu’elle a pour Bill («How Long Has This Been Going On?»). Rosalie, toujours en cadet, se réfugie dans la chambre de Bill. Dick et Rosalie se rendent compte que tant que Rosalie aura des obligations royales, leur relation sera impossible. Bill va leur donner un conseil pour le moins audacieux: retourner tous les deux à Romanza et tenter de lancer une révolution pour forcer le roi Cyril à abdiquer, ce qui libérerait Rosalie de facto de ses fonctions royales. La révolution échoue et les deux sont exilés à Paris. Au « Ex-Kings’ Club » à Paris, d’anciens monarques européens se rassemblent ( «At the Ex-Kings’ Club» ou «Tho’ Today We Are Flunkeys Simply»). Rosalie et un corps de ballet se produisent et divertissent l’assemblée («The ballet of flowers»). Coup de théâtre : le Roi Cyril annonce avec joie son abdication et autorise les fiançailles de Dick et Rosalie (« Finale »).

Création: 10/1/1928 - New Amsterdam Theatre (Broadway) - 335 représ.



Musical
0012 - New Moon (The) (1928)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Oscar Hammerstein II
Livret: Frank Mandel • Laurence Schwab • Oscar Hammerstein II
Production originale:
5 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Génèse  Liste chansons  

The New Moon est le nom d’une opérette avec une musique de Sigmund Romberg et un livret et des paroles d’Oscar Hammerstein II, Frank Mandel et Laurence Schwab. Le spectacle est le troisième et dernier d’une série de succès à Broadway pour Romberg (après The Student Prince () (1924) et The Desert Song () (1926)) écrits dans le style de l’opérette viennoise. Il a engendré un certain nombre de reprises et deux adaptations au cinéma. La pièce s’est avérée être «la dernière opérette de Broadway».

Genèse: Try-Out The New Moon a été joué pour la première fois à Philadelphie la veille de Noël 1927. Le Try-Out a été un échec, et le spectacle a été largement retravaillé avant un autre Try-Out à Cleveland en août 1928, avant de débarquer à Broadway. Al Goodman a mis en scène la version de Philadelphie et de Broadway. Création à Broadway (1928) et Londres (1929) L’opérette a ouvert à Broadway à l'Imperial Theatre le 19 septembre 1928. Cette version s'est jouée durant 519 représentations, et a fermé au Casino Theatre le 14 décembre 1929. L’œuvre est alors produite dans le West End de Londres au Théâtre Royal Drury Lane en 1929. Bien que la pièce ait ensuite connu des productions internationales et des reprises dans les années '50, elle a ensuite disparu pendant quelques décennies. Un commentateur a écrit: «Ce qui a empêché The New Moon d’être aussi popiulaire que Naughty Marietta () ou The Student Prince () est peut-être sa place chronologique à la fin du règne de l’opérette sur la scène musicale.

Résumé: Robert est un jeune aristocrate français dont les inclinations révolutionnaires l’obligent à fuir son pays. Sous un faux nom, il se présente comme agent de cautionnement au planteur et armateur Monsieur Beaunoir et à sa famille à la Nouvelle-Orléans en 1792. Parce que la police de Paris le cherche partout, Robert ne peut pas dire à Beaunoir ou à la belle fille de Beaunoir, Marianne, dont il est tombé amoureux, qu’il est de sang noble. Finalement, il est capturé par le vicomte Ribaud, un terrible espion, et embarqué à bord d’un navire français, la Nouvelle Lune, afin d'être rapatrié en France. Robert pense qu’il a été trahi par Marianne, qui a obtenu le consentement de son père pour voyager sur le même navire, prétendant qu’elle est amoureuse du capitaine du navire, Duval. Une mutinerie se produit, et Robert et les prisonniers prennent le pouvoir. Tout le monde débarque sur l’île de Pines, et une nouvelle République y est fondée. La république prospère sous la direction de Robert, mais Marianne, sa fierté blessée, refuse d’abord d’épouser Robert. Des navires français arrivent, apparemment pour s'emparer de l’île. Le vicomte Ribaud s’attend à ce qu’ils conquièrent l’île pour le roi de France. Mais le commandant français révèle qu’il y a eu une révolution en France, et que tous les aristocrates doivent mourir à moins qu’ils ne renoncent à leurs titres. Robert renonce à son titre. Tout finit bien pour lui et Marianne.

Création: 19/9/1928 - Imperial Theatre (Broadway) - 509 représ.



Musical
0013 - East Wind (1931)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles:
Livret:
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo:

Genèse:

Résumé:

Création: 27/10/1931 - Ed Sullivan Theatre (Brodway) - 23 représ.



Musical
0014 - Up in Central Park (1945)
Musique: Sigmund Romberg
Paroles: Dorothy Fields
Livret: Dorothy Fields • Herbert Fields
Production originale:
2 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Commentaire  Liste chansons  

Up in Central Park était un des musicals de l’époque s’attardant sur une tranche de l’histoire des Etats-Unis, dans ce cas, la ville de New York des années 1870 avec ses politiciens corrompus dont William Tweed, surnommé «Boss Tweed» parce qu’il était … le «boss».

Genèse:

Résumé: Central Park est le «grand jardin» de New York qui fut construit de 1860 à 1873, une période pendant laquelle les politiciens ont fait de terribles détournements financiers, sous l’impulsion majeure du sénateur William Tweed, rebaptisé «Boss» Tweed, parce qu’il était le «boss». Dans ce musical, Rosie Moore, une jeune et ambitieuse chanteuse d’opéra dont le père est un sous-traitant de Central Park. Elle n’est pas au courant des magouilles financières et des connivences politiques qui caractérisent l’époque. John Matthews, le journaliste du New York Times et Thomas Nast, le caricaturiste du Harper’s Weekly enquêtent sur les scandales politico-financiers du Tammany Hall. Quand John et Rosie se rencontrent, ils tombent amoureux. Mais Richard Connolly, l’un des complices de «Boss» Tweed, attire Rosie avec de belles promesses d’aisance financière mais surtout de réussite dans sa carrière de chanteuse naissante. Peut-être parce qu’elle n’a pas apprécié le fait que John enquête et dénonce les agissements frauduleux de son père, Rosie épouse Richard. Mais, très vite, Rosie va découvrir Richard est un de ces politiciens véreux mais aussi … bigame. Quand ce dernier meurt dans un accident, Rosie prend conscience elle vit dans un système de valeurs corrompues. Un an plus tard, elle et John se croisent accidentellement lors d’un concert du 4 juillet et, là, dans Central Park, décident de joindre leurs avenirs.

Création: 27/1/1945 - New Century Theatre (Broadway) - 504 représ.