Pas de biographie disponible.

Compositeur Musique additionelle Librettiste Parolier Metteur en scène Chorégraphe Producteur création Producteur version




Musical
0001 - La, La, Lucille (1919)
Musique: George Gershwin
Paroles: Arthur J. Jackson • B.G. DeSylva
Livret: Fred Jackson
Production originale:
1 version mentionnée
Dispo: Résumé  Génèse  Liste chansons  

Ce fut la première fois que Gershwin écrivait la partition complète pour un musical.

Genèse: Le musical est créé à Broadway au Henry Miller’s Theatre le 26 mai 1919, mais doit interrompre ses représentations lorsque l'Actors' Equity fait grève le 19 août. Une fois le différend réglé, il rouvrit au Criterion Theatre le 8 septembre et y resta jusqu’au 11 octobre 1919, après 104 représentations. Le metteur en scène était Herbert Gresham, avec des chorégraphies de Julian Alfred. La distribution comprenait Maurice Cass, John Hazzard, Eleanor Daniels, Janet Velie, Lorin Raker, Marjorie Bentley, Helen Clarke, Alfred Hall, J. Clarence Harvey et Cordelia MacDonald. In 2019, the Third Avenue Playhouse in Sturgeon Bay, WI adapted and reproduced the musical. The Playhouse's co-artistic director, James Valcq, spent years researching and reassembling the original songs and book in order to recreate the original musical as faithfully as possible.

Résumé: L'hsitoire s'intéresse à une riche matrone de la haute société qui lègue sa fortune considérable à son neveu à condition qu’il divorce de sa femme, qui est une 'chorus girl'. Afin de ne pas passer à côté de cet héritage, il décide de se conformer aux conditions imposées et de se remarier après avoir reçu l’argent. Puisque les divorces ne sont accordés que pour adultère, une employée de l’hôtel de Philadelphie nommée Lucille Jaynes-Smith s’arrange pour qu’il soit trouvé avec une femme qui n’est pas sa femme. Il s’enregistre à l'hôtel sous le nom d'emprunt de John Smith, et des complications comiques s’ensuivent quand il découvre qu’il y a plus de trois douzaines d’autres John Smiths enregistrés là aussi.

Création: 26/5/1919 - Stephen Sondheim Theatre (Broadway) - 104 représ.



Musical
0002 - Ziegfeld Follies of 1921 (1921)
Musique: Dave Stamper • Rudolf Friml • Victor Herbert
Paroles: B.G. DeSylva • Gene Buck
Livret: Channing Pollock • Ralph Spence • Willard Mack
Production originale: Florenz Ziegfeld
1 version mentionnée
Dispo: Liste chansons  

Genèse:

Résumé:

Création: 21/6/1921 - Lunt-Fontanne Theatre (Broadway) - 119 représ.



Musical
0003 - Orange Blossoms (1922)
Musique: Victor Herbert
Paroles: B.G. DeSylva
Livret: Frédérique Rosine de Grésac
Production originale: Edward Royce
0 version mentionnée
Dispo: Résumé  

"Orange Blossoms" est un musical de 1922 avec une musique de Victor Herbert et un livret de Fred de Gresac, basé sur sa propre pièce de 1902 en français "La Passerelle" qui avait déjà été traduite en anglais et montée à Broadway en 1903 comme "The Marriage of Kitty".

Genèse:

Résumé: "Orange Blossoms" de Victor Herbert était basé sur une farce française sur les testaments, les avocats, le mariage et le divorce. Le baron Roger Belmont est amoureux de la divorcée Hélène de Vasquez mais les dispositions de l'héritage de sa tante lui interdisent d’épouser une femme divorcée. Pour contourner les subtilités juridiques, rien n’empêche Roger de contracter un mariage de convenance avec Kitty. Une fois qu’ils se marieront, Roger prendra le contrôle total de son héritage, lui et Kitty divorceront, et il pourra épouser Hélène. Mais bien sûr Roger et Edith tombent amoureux, et donc Hélène est bientôt passée à l’histoire.

Création: 19/9/1922 - Helen Hayes Theatre (Broadway) - 95 représ.



Musical
0004 - Sweet Little Devil (1924)
Musique: George Gershwin
Paroles: B.G. DeSylva
Livret: Frank Mandel • Laurence Schwab
Production originale:
3 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Liste chansons  

Bien qu’aucun standard n’ait émergé de Sweet Little Devil de George Gershwin, la partition était attrayante avec un côté légèrement acidulé. Et l’intrigue était teintée de cynisme…

Genèse:

Résumé: Joyce West, chercheuse d’or désabusée, jette son dévolu sur Tom Nesbitt, un inventeur américain vivant au Pérou qui a vendu une invention à une compagnie de chemin de fer pour 40.000 dollars. Pendant ce temps, la cousine de Joyce et écrivaine Virginia, qui travaille sur son roman The Flaming Maiden, a intercepté les lettres de Tom à Joyce et y répond en se faisant passer pour Joyce. Tom retourne à New York et finit par se rendre compte que Joyce est une imposture et que Virginia est son véritable amour.

Création: 21/1/1924 - Astor Theatre (Broadway) - 120 représ.



Musical
0005 - Big Boy (1925)
Musique: James Hanley • Joseph Meyer
Paroles: B.G. DeSylva
Livret: Harold R. Atteridge
Production originale:
3 versions mentionnées
Dispo: Résumé  Génèse  Liste chansons  

"Big Boy" représentait un nouveau type de spectacle pour Al Jolson. Les compositeurs, avec l’aide de l’American Society of Composers, Authors and Publishers (ASCAP), avaient obtenu le droit de contrôler les partitions de leurs spectacles. Les spectacles ne seraient plus un pastiche de chansons déconnectées. Le livret-musical était né, ce qui aboutira en 1927 à "Show Boat", généralement considéré comme le premier vrai livret pou un musical. Mais peut-être que cet honneur devrait revenir à "Big Boy"?

Genèse: Al Jolson est revenu à Broadway dans "Big Boy", musical pour lequel il a reçu certains des avis les plus enthousiastes de l’époque. Il était de retour dans son ancien repaire, le Winter Garden Theatre, et endossait son rôle familier de Blackface Gus. Les critiques et le public lui ont clairement indiqué qu’il était bien le plus grand artiste du monde. Le musical semblait être promis à un long et magnifique avenir mais en raison de la santé de Jolson, elle a fermé après seulement sept semaines! Environ trois semaines après l’ouverture, le New York Times a rapporté que Jolson avait déjà raté quatre représentations, et que le spectacle allait s'arrêter pendant deux semaines complètes afin de donner au comédien suffisamment de temps pour se remettre d’un rhume (Jolson a passé ses « vacances forcées » en Floride). Quand Jolson a rejoint la production, le spectacle s'est joué quelques semaines de plus puis a fermé à nouveau. Mais il revient le 24 août 1925 pour 120 représentations au 44th Street Theatre, et les deux séries totalisent 176 représentations. Et Jolson est alors parti en tournée avec le spectacle.

Résumé: "Big Boy" avait une vraie intrigue, mais personne ne s’en souciait vraiment parce que dans cette production somptueuses à grande distribution, c’était le nom de Jolson qui vendait les billets. Le public a attendu ses solo tout au long du spectacle. Cette attente était satisfaite en fin de deuxième acte quand Jolson chantait un medley de chansons. Mais pour ceux qui s’en souciaient, l’intrigue suivait un garçon d’écurie fidèle et le jockey Gus qui drive toujours les chevaux appartenant à la riche famille Bedford. Mais, suite à des m