graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

My Fair Lady

de Lerner & Loewe

Mise en scène: Jack Cooper et Simon Paco - Une coproduction de Bulles Production, Cooper Production et La Comédie de Bruxelles - 25 représentations ▪ du 11 juillet au 7 septembre 2019

Retour à la page précédente

Presse - Article complet


Lady au Karreveld


...

Pour son vingtième anniversaire, le Festival Bruxellons!, qui monte chaque été une comédie musicale, s’offre My Fair Lady.

Faire du populaire de qualité… Le Festival Bruxellons! développe ce credo depuis vingt ans. À sa tête, Olivier Moerens, Jack Cooper et Daniel Hanssens composent une programmation estivale basée sur une sélection de spectacles vus pendant la saison et dominée depuis quelques années par la création d’une comédie musicale. En deux mois d'exploitation, ce sont environ 20 à 30.000 spectateurs qui se pressent au château du Karreveld. Budget du Festival: entre 600 et 800.000€.

L'opération n’est possible que grâce à du bénévolat, comme l’explique Daniel Hanssens: “Tout ce qui est artistique et technique est payé. Tout le reste est bénévole. Olivier, Jack et moi, quand on joue, qu’on met en scène ou qu’on produit, on est bénévoles. Tous les gens qui s’occupent du bar le sont aussi. Sur l’échelle des théâtres en Belgique, on est probablement le quatrième en termes de fréquentation par rapport à toute une saison. Sans aucune aide ou subvention, jusqu'à l'an dernier".

Si le public répond présent, si la qualité des créations est reconnue à l’étranger, les institutions peinent donc à suivre le mouvement, malgré la spécificité de Bruxellons! qui en est déjà à sa quatrième comédie musicale. Après La mélodie du bonheur, Evita et Sunset Boulevard, My Fair Lady est à l’honneur - l’histoire d’Eliza Doolittle qui vend ses fleurs dans la rue, aidée d’un accent à couper au couteau et de fautes de syntaxe. Mais la jeune femme veut s'élever socialement, devenir vendeuse dans une vraie boutique de fleurs. Une dimension sociale qu’entend mettre en avant Jack Coopcr, co-metteur en scène avec Simon Paco. "Les gens pensent que My Fair Lady est une histoire d’amour, explique Coopcr. Mais George Bernard Shaw, quand il écrit Pygmalion (source d’inspiration de l’œuvre - NDLR), ne voulait pas une histoire d'amour. C’est l’histoire d’une femme de la rue qui va demander à un professeur de lui apprendre à parler correctement pour avoir la vie qu 'elle souhaite. C’est une femme qui se bat pour être libre!” Créé à Broadway en 1956, et immortalisé au cinéma par Audrey Hepburn en 1964, My Fair Lady sera porté par un casting de trente artistes, entre habitués de la comédie musicale et acteurs du monde théâtral, et un orchestre de
douze musiciens.

Eric Russon - Moustique - 10 juillet 2019

Retour à la page précédente

Menu

Top