graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Un fou noir au pays des blancs

de Pie Tshibanda

- -

Retour à la page précédente

Presse - Article complet


Conte en couleurs


Avec Pie Tshibanda, de belles histoires à (re)découvrir et une question: pourquoi créer `des autres´? Hommage à la richesse des différences et à l'art d'exister

Ils étaient nombreux à avoir répondu à l'invitation de la Minth pour venir écouter Pie Tshibanda.

Implantée depuis deux ans et demi dans les Marolles, la Maison internationale - Internationaal huis se faisait un plaisir d'accueillir, entre autres, des voisins du quartier. C'est que le succès de ce `Fou noir au pays des Blancs´ ne se dément pas, de ville en ville, de salle en salle! Découverte au Théâtre Varia, cette parole tourne depuis près de trois ans.

Lorsqu'on le voit s'avancer ici, micro en main, discret, on l'imagine d'abord conférencier, puis très vite conteur capteur de sens, la flamme au fond des yeux, le débit rythmé et le soleil dans la voix, accapareur d'attention de bout en bout.

L'histoire qu'il vient nous raconter, c'est la sienne. Précédée et clôturée de petits récits, tel celui d'un Noir au Paradis, du bébé dans un arbre, de l'os à partager...

Et c'est avec la même simplicité, un humour intact et empli de générosité, qu'il racontera les causes qui l'ont amené à quitter sa terre natale, l'histoire de son pays jadis découpé comme un morceau de tarte attribué, les souvenirs qui l'habitent, la grisaille de l'exil, les larmes de la solitude... Mais surtout le respect retrouvé, la saveur de la rencontre, le cloisonnement vaincu, la glace brisée... On reçoit toute la chaleur de l'Afrique irradiant de son sourire.

Au terme du spectacle, la Minth a prévu un débat. Un jeune homme d'origine maghrébine en profite pour rapporter ceci: `Il y a deux jours, je me suis fait contrôler. Ils étaient deux, et l'un a dit à son collègue en regardant mes papiers: T'as vu? Ils sont tous belges maintenant! On a tous notre place sur la terre, nous lui appartenons. Ce n'est pas elle qui nous appartient...´

Disons que ce spectacle constitue une médication douce à prescrire contre l'intolérance et l'étroitesse. Effets secondaires possibles - mais vivement désirés: éruption d'une ouverture de l'esprit et d'une profonde envie de partager. Enfin: à conserver à portée des enfants.

La Libre Belgique - 7/2/2002- Sarah Colasse

Retour à la page précédente

Top