Musical (1919)


Musique: Victor Herbert
Paroles: Henry Blossom
Livret: Henry Blossom
Production à la création: Klaw & Erlanger

"The Velvet Lady" de Victor Herbert est une œuvre en marge des habitudes du compositeur. Ses opérettes mettaient habituellement l’accent sur la romance et des sentiments "à l’ancienne", mais dans ce cas, l’œuvre était un musical aérée et contemporain (qui comprenait même une chanson d’actualité, « Any Time New York Goes Dry », une référence à la prohibition, qui devait entrer en vigueur en janvier suivant). À bien des égards, le travail était plus en accord avec les musicals du Princess Theatre car tant l’intrigue que le personnage, le thème et la forme de la production auraient semblé naturelle à l'équipe du Princess Theatre: Guy Bolton, P. G. Wodehouse, et Jerome Kern. L’histoire a eu lieu dans une maison sur Riverside Drive pendant quelques heures l’après-midi et durant la nuit de l’Halloween, et cela a premis de créer un spectacle sans effets tapageurs.

"The Velvet Lady" est en fait Vera Vernon, une femme fatale dont la présence domine l’action mais qui n’apparaît pas sur scène avant les quinze dernières minutes du spectacle!!! Ned Pembroke a eu une histoire d'amour avec elle mais il est maintenant fiancé à Bubbles, et il a peur que la coquine Vera mette au grand jour leur relation en dévoilant une pile de lettres compromettantes qu’il lui avait jadis écrites. Son ami, l' avocat George Howell, met les lettres en sécurité, mais dans une confusion dans une gare, lui et l'escroc Nicholas King échangent leurs sacs par erreur. Le sac de Nicholas est rempli de bijoux volés. Très vite, il est pourchassé par la police dont le "Irish-cop-from-Kildare" Mooney (joué à la création par Eddie Dowling, la future star de comédie musicale ici dans sa première apparition à New York).
Tout le monde se retrouve à la maison de Ned sur Riverside Drive, où presque tous sont assignés à résidence par la police, y compris Ned et Bubbles, George et sa femme Ottilie, leur servante yiddish et scandinave Susie de Sioux City, le maîtrer d'hôtel Parks et, selon le Brooklyn Daily Eagle, « un nombre suffisant de chorus girl » invitées pour rendre les choses plus « animées pour le public ».



Aucun dossier informatif complémentaire concernant Velvet Lady (The)



 Pas encore de video disponible pour ce spectacle