Musical (1914)


Musique: Victor Herbert
Paroles: Henry Blossom
Livret: Henry Blossom
Production à la création: Joe Weber

"The Only Girl", de Victor Herbert, a connu un énorme succès et, quelques jours après son ouverture, il est passé de l’intime 39th Street Theatre (700 places) au plus grand Lyric Theatre (1815 places). Comme l’a souligné Burns Mantle dans le Chicago Tribune, "The Only Girl" a pris un départ «prometteur» et un passage au Lyric a permis au spectacle de vendre beaucoup plus de places à chaque représentation. La production s'est jouée tout au long de la saison, pendant sept mois pour un total de 240 représentations. Cette même saison 1914-1915 voit l’ouverture de deux autres spectacles musicaux de Herbert, et un mois après la première de "The Only Girl", "The Debutante" de Victor Herbert ouvre et ferme rapidement après une série de seulement 48 représentations.

Alan et Ruth vivent dans le même immeuble à New York. Lui est un célibataire confirmé qui est depuis longtemps ami avec des anti-mariages « Corksey », « Fresh » et « Bunkie », mais la dynamique change lorsque les compagnons épousent Birdie, Margaret et Jane. Quand Alan et Ruth commenceront à collaborer sur une comédie musicale, il est clair que leur partenariat sera plus qu’un simple partenariat professionnel.

"The Only Girl" était à bien des égards un précurseur des musicals que créera Jérôme Kern au Princess Theatre. En effet, le musical "The Only Girl" se déroule dans les temps présents et dans un seul lieu (l’appartement du héros, avec des passages dans son salon et sa salle à manger), il a employé un petit chœur de six, qui prend part à l’action, et il n’y avait pas de numéros à sensation.
De plus, la vision parfois ringarde du mariage dans ce musical est semblable à celle de la "Company" de Stephen Sondheim (1970). Le héros, Alan (Thurston Hall), est célibataire, ses trois meilleurs amis « Corksey », « Fresh » et « Bunkie » (respectivement interprétés par Richard Bartlett, Jed Prouty et Ernest Torrence) ne sont plus célibataires et ont noué des remations avec Birdie (Louise Kelley), Margaret (Josephine Whittell) et Jane (Vivian Wessell). Les trois couples mariés chantent « Connubial Bliss », mais bientôt les maris se plaignent de « When Your Ankle Wears the Ball and Chain » et les épouses exigent « Equal Rights » (ou « Why Should We Stay at Home and Sew? »).

1 Only Girl (The) peut-être considéré comme un Top musical



Aucun dossier informatif complémentaire concernant Only Girl (The)



 Pas encore de video disponible pour ce spectacle