Film (1958)


Musique: Frederik Loewe
Paroles: Alan Jay Lerner
Livret: Alan Jay Lerner
Production à la création:

Gigi est un film musical américain réalisé par Vincente Minnelli, avec Maurice Chevalier, Leslie Caron et Louis Jourdan. Le film fut présenté en avant-première en mai 1958 au Festival de Cannes et à New York, puis sortit aux États-Unis et à travers le monde. Il reçut de nombreux prix, dont neuf Oscars et trois Golden Globes. C'est une adaptation de la nouvelle Gigi (1944), écrite par l'écrivaine Colette.

À Paris, à la Belle Époque (fiacres, premières automobiles) -Colette dans sa nouvelle précise 1899-, l'éducation de la jeune Gigi (Leslie Caron), dont la mère célibataire est accaparée par son travail de cantatrice à l'Opéra-Comique (qu'on ne voit jamais, mais on entend ses vocalises), est confiée à sa grand-mère Mamita (Hermione Gingold) -Mme Alvarez-, et à sa tante Alicia (Isabel Jeans), deux sœurs déjà âgées, qui s'avèrent être d'anciennes demi-mondaines ou cocottes, condition attribuée dans ce film -contrairement à la nouvelle- surtout à Alicia (à cette époque sans divorces et aux mariages encore souvent de raison et patrimoniaux, ces femmes, les demi-mondaines -une quasi institution au 19e siècle-, étaient les maîtresses, souvent volages ou vite délaissées, d'hommes fortunés, qui les entretenaient, parfois à grands frais). Alicia, plus riche que sa sœur Mamita, car elle a vécu très richement entretenue jadis, par plusieurs célèbres amants, concocte pour Gigi une vie galante semblable à celle qu'elle a connue. Gigi est une jeune fille de 15 ans, innocente mais délurée, fort intéressée par le beau monde et attentive aux ragots de la presse mondaine. Ses plus grandes joies sont des plaisirs simples comme les moments partagés à bavarder avec l'élégant, fort policé, et oisif jeune Gaston Lachaille (Louis Jourdan), richissime héritier d'une famille d'industriels du sucre, séducteur réputé et célébrité mondaine, qui vient pourtant régulièrement visiter l'humble famille Alvarez, fuyant ainsi un instant sa vie publique frivole -on découvrira que Mme Alarez fut jadis la maîtresse de l'oncle de Gaston (dans la nouvelle de Colette se serait le père de Gaston)-. Gaston est souvent aperçu en compagnie de ce riche oncle et mentor Honoré Lachaille (Maurice Chevalier), amateur de femmes et grande figure de la vie mondaine parisienne comme son neveu -un personnage majeur du film, qui n'existe pas dans la nouvelle de Colette, et un rôle principal, établi sur mesure pour un Maurice Chevalier vieillissant-. Sans qu'il le réalise encore, Gaston est amoureux de la toute jeune Gigi qui, de son côté, finit par tomber amoureuse de Gaston. Mais que peut espérer la fille d'une chanteuse et la petite-fille et petit-nièce de demi-mondaines ? Après avoir refusé l'offre de Gaston de lui "assurer un avenir", rebutée par la perspective d'une vie de maîtresse éphémère et probable future "demi-mondaine", au grand dam de sa tante et de sa grand-mère, Gigi s'apprête néanmoins, à contrecœur, à accepter finalement de devenir la maîtresse de Gaston, pour pouvoir vivre pleinement cet amour. Gaston se rend compte alors soudain de la profondeur de ses propres sentiments, de l'innocence de Gigi et du sacrifice de celle-ci. Et il vient alors demander, en bonne et due forme, la main de Gigi à sa grand-mère.

Ce film américain fut une des toutes premières comédies musicales tournée en extérieurs - en particulier à Paris.


Le projet est initié par l'actrice Leslie Caron qui propose le sujet aux studios de la MGM avec lesquels elle est presque en fin de contrat et alors sous-employée.

Le scénario de Vincente Minnelli est basé sur la nouvelle de Colette. Bénéficiant d'importants moyens, Minnelli réalise, en une suite de tableaux hauts en couleur, une reconstitution somptueuse et particulièrement soignée, voire idéalisée de la Belle Époque.

Les extérieurs sont, pour la plupart, tournés à Paris : dans les célèbres jardins des Tuileries et du Luxembourg, autour des Champs-Élysées et au bois de Boulogne pour l'essentiel.

La mise en scène est inspirée et brillante comme toujours chez cet artiste, à la fois peintre et cinéaste. L'interprétation est pleine d'assurance et, fait rarissime dans le cinéma hollywoodien, n'utilise que des artistes français pour incarner les personnages principaux.

Le film s'ouvre et s'achève sur la célèbre chanson de Maurice Chevalier vantant la séduction des « little girls ».


Aucun dossier informatif complémentaire concernant Gigi (Film)

Aucun dossier informatif complémentaire concernant Gigi (Film)

Golden Globes 1958 : Golden Globe du meilleur film musical ou de comédie, Golden Globe du meilleur réalisateur à Vincente Minnelli, Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle à Hermione Gingold.
Photoplay Awards 1958 : Médaille d'or.
David di Donatello 1959 : prix du meilleur film étranger.
Directors Guild of America 1959 : prix de la meilleure réalisation à Vincente Minnelli et George Vieira (assistant direction).
Grammy Awards 1959 : prix de la meilleure musique de film à André Previn.
Laurel Awards 1959 : Laurel d'or (2e place) de la meilleure photographie en couleurs à Joseph Ruttenberg, Prix de la meilleure chanson pour Gigi, paroles d'Alan Jay Lerner et musique de Frederick Loewe, interprétée par Louis Jourdan, Laurel d'or de la meilleure actrice dans un film musical à Leslie Caron, Laurel d'or du meilleur acteur dans un film musical à Louis Jourdan, Laurel d'or (3e place) du meilleur acteur dans un film musical à Maurice Chevalier.
Oscars du cinéma 1959 : Oscar du meilleur film pour le producteur Arthur Freed, Oscar du meilleur réalisateur pour Vincente Minnelli, Oscar du meilleur scénario adapté pour Alan Jay Lerner, Oscar de la meilleure direction artistique pour William A. Horning, E. Preston Ames, Henry Grace, F. Keogh Gleason, Oscar de la meilleure création de costumes pour Cecil Beaton, Oscar de la meilleure photographie en couleurs pour Joseph Ruttenberg, Oscar du meilleur montage pour Adrienne Fazan, Oscar de la meilleure musique de film pour André Previn, Oscar de la meilleure chanson originale pour Gigi, paroles d'Alan Jay Lerner et musique de Frederick Loewe, interprétée par Louis Jourdan.
Writers Guild of America 1959 : Prix du meilleur scénario d'un film américain musical à Alan Jay Lerner.
National Film Preservation Board 1991 : film conservé à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis (patrimoine national du film).


Version 1

Gigi (Film) (1958-05-Film)

Type de série: Film
Théâtre: *** Film (*** - ***)
Durée :
Nombre :
Première Preview : jeudi 15 mai 1958
Première : jeudi 15 mai 1958
Dernière : Inconnu
Mise en scène : Vincente Minnelli
Chorégraphie :
Producteur :
Avec : Leslie Caron (Gilberte "Gigi"), Maurice Chevalier (Honoré Lachaille), Louis Jourdan (Gaston Lachaille), Hermione Gingold (Madame Alvarez ("Mamita")), Eva Gabor (Liane d'Exelmans), Jacques Bergerac (Sandomir), Isabel Jeans (Aunt Alicia), John Abbott (Manuel), Marie-Hélène Arnaud (a Maxim's girl)

 Pas encore de video disponible pour ce spectacle