Un grand éclat de rire…
Molière 1995 du meilleur spectacle comique

Une famille. Un soir. Un restaurant.L'anniversaire de Yolande et un chien qui ne chante plus. Cela devait être un dîner comme les autres et pourtant…

 Cliquez ici pour réserver on-line

 

En quelques mots

Chaque vendredi soir, la famille Ménard se réunit au bar-restau-rant, Au père tranquille, tenu dans une banlieue par l'un des fils, Henri. Ce soir-là est particulier : l'autre fils, Philip-pe, est passé à la télévision régio-nale une heure avant pour parler de l'entreprise dans la hiérarchie de laquelle il est numéro quatre, et son épouse Yolande fête ses trente-cinq ans.

Résumé complet

Distribution

CREATEURS
AuteurAgnes Jaoui
AuteurJean-Pierre Bacri
Mise en scèneJonathan Fox
LumièreLaurent Kaye
Décor sonoreLaurent Beumier
ScénographieXavier Rijs
AVEC
BettyMarie-Hélène Remacle
DenisMichel Hinderyckx
HenriMarc De Roy
MèreLouise Rocco
PhilippePierre Plume
YolandeColette Sodoyez
Une production du Festival Bruxellons!

Presse

Une personne pourtant parvient à pousser Denis hors de sa réserve ironique, c'est Betty, la soeur de son patron. Marie-Hélène Remacle donne à cette jeune femme oscillant entre révolte et déprime des contours contrastés, faisant sourdre de ses répliques acerbes des mondes de frustration et de bleus à l'âme.

Colette Sodoyez est épatante en petite bourgeoise bc-bg, entièrement soumise aux caprices de sa belle-mère et à la carrière de son mari. Pierre Plume endosse le costume rayé de ce «numéro quatre» dans son entreprise, obsédé par sa prestation lors d'une interview télévisée deux minutes.

La merveille, c'est que cela ne vire jamais à la caricature. Leur ambivalence confère aux personnages une profondeur face à laquelle le public ne se trompe pas. Croqués sans complaisance dans leur vie étriquée, ils gardent (presque) tous une part de beauté d'âme. D'où, sans doute, cet inimitable «air de famille» qui fait qu'on a toujours plaisir à les retrouver.

Consulter article complet

La Libre Belgique - 26/7/2005 - Philip Tirard

Michel Hinderyckx dans le rôle de Denis, le barman. Dès les premières minutes, on est frappé par la ressemblance entre son jeu et celui du fantastique Jean-Pierre Darroussin. On se dit que c'est un peu facile et que l'imitation ne tiendra pas longtemps. Mais au bout d'un moment, l'osmose semble totale et, loin de faire du sous-Darroussin, Michel Hinderyckx se fond si bien dans le personnage que celui-ci devient le vrai pivot de la pièce.

Consulter article complet

Le Soir - 30/7/2005 - Jean-Marie Wynants

Vidéos

Pas encore de video sur ce spectacle

Photos

Pas encore de galerie de photo sur ce spectacle

En savoir plus

Pas encore de dossier sur ce spectacle