Face-à-face amoureux entre deux ex-amants,
l'espace d'une nuit: bouleversant et drôle

Mais pourquoi deux personnes qui s'aiment autant en arrivent à ne plus se comprendre? Quelle blessure irréparable se sont-ils fait l'un à l'autre ?

"Skylight" est un grand spectacle, tendre et drôle

 Cliquez ici pour réserver on-line

 

 


Michel Kacenelenbogen - Erika Sainte (Photo Isabelle De Beir)

En quelques mots

Tom et Kyra se sont aimés, il y a longtemps. Mais Kyra a fui Tom et s’est reconstruit une nouvelle vie.
Un soir, Tom sonne à la porte de Kyra et, avec lui, c'est tout le passé qui ressurgit. Elle se souvient de son errance dans Londres, de sa rencontre avec Tom, de l’amitié avec sa femme Alice et leur petite famille, et de leur histoire d’amour à tous les deux, de son cœur brisé, de sa lente reconstruction personnelle…
De son côté, Tom n’a toujours pas compris son départ brutal et sans explication. Il a très mal supporté le rejet de sa femme et les douloureuses circonstances de son décès.
Ensemble, pendant une nuit, ils vont essayer de redécouvrir les pièces du puzzle, de le reconstruire, de retrouver leur propre identité et qui sait renouer leurs liens.
Ce qui semble dur et âpre, est surtout drôle et tendre, parce qu'ils ont tous les deux raisons. Chacun à sa manière. Et nous oscillons sans cesse entre l'un et l'autre.

Distribution

CREATEURS
AuteurDavid Hare
AdaptationDominique Hollier
Mise en scèneMichelangelo Marchese
AssistanatSofia Betz
Scénographie et costumesCéline Rappez
LumièreLaurent Kaye
AVEC
TomMichel Kacenelenbogen
KyraErika Sainte
EdwardToussaint Colombani
Une production du Theatre Le Public

 


Erika Sainte - Michel Kacenelenbogen (Photo Isabelle De Beir)

Presse

Rythmée par l’émotion, d’une fluidité rare pour le théâtre (bravo à l’adaptation française et à la mise en scène de Michelangelo Marchese), la pièce se regarde comme un film. Un drame romantique résolument contemporain qui parle des hommes et des femmes en proie à la difficulté de s’aimer, et de se pardonner.
Tandis que l’amour devient irréconcialiable, on assiste à l’explosion d’un couple de théâtre. Inattendu en amant tendre et violent, Michel Kacenelenbogen touche juste face à une Erika Sainte qui bouleverse littéralement la salle.
Avec un naturel mutin et désarmant, Erika Sainte, la révélation des Magritte du cinéma belge parvient, au-delà du sentiment amoureux, à incarner ce qu’il faut de liberté dans un couple pour qu’il puisse survivre à la passion. Fort.

Moustique - Juliette Goudot - 21/11/2012

Délicatement équilibrée, la mise en scène de Michelangelo Marchese crée rythme et intensité.
Sous sa direction, Toussaint Colombani est excellent en ombrageux rebelle maladroit.
Erika Sainte nous charme en flamme vive, une femme toujours à la recherche d’elle-même et d’absolu, préférant blessure et solitude à la compromission.

Plaisir d'offrir - Muriel Hublet - 22/11/2012

*** (Avis de la rédaction)
La mise en scène, réaliste et rythmée, laisse tranquillement opérer les étincelles du texte et le jeu fermement ancré des comédiens. Michel Kacenelenbogen se glisse comme un gant dans la peau de Tom, endossant avec aisance l'arrogance et les réparties brillantes de l'homme d'affaires. Erika Sainte se mue avec naturel en femme idéaliste dévouée au sacerdoce qu'elle s'inflige.

Le Soir - Catherine Makereel - 5/12/2012

"On oublie qu’on est au théâtre", dit un spectateur à un autre, à l’entracte. L’option naturaliste n’y est pas étrangère (Céline Rappez signe scénographie et costumes, Laurent Kaye de précises lumières), tandis que s’étoffe la psychologie des personnages à mesure que resurgit, en cette nuit de parole libérée, le passé. (…)

Né en 1947, le dramaturge britannique David Hare (connu aussi pour ses scénarios de cinéma, dont "The Hours" ou "The Reader") reçoit pour "Skylight", en 1996, le Laurence Olivier Award for Best New Play.

Consulter article complet

La Libre Belgique - Marie Baudet - 23/11/2012

J'ai applaudi chaleureusement les trois acteurs absolument extraordinaires dans leurs jeux de scène , leurs réactions et ce que j'ai également aimé , c'est le ton de chacun , d'une belle vérité, un ton vivant, pas joué, vécu totalement, une interprétation touchant de près à celle d'un film.

Roger Simons - 11/2012

Vos Avis

Vidéos

En savoir plus

Pas encore de dossier sur ce spectacle