Michel de Warzée et Jean-Claude Frison

L’auteur Florian Zeller, lauréat du Prix Interallié et du Prix du Jeune Théâtre de l’Académie Française, éblouit avec cette pièce qui mêle humour et désespoir.
Un puzzle illusoire qui parle de la vie en apesanteur telle une mélodie tendre et délicate où vous retrouverez le trio de "Sentiments provisoires" : Michel de Warzée, Jean-Claude Frison et Stéphanie Moriau auxquels se joint la magnifique Caroline Lambert.

 Cliquez ici pour réserver on-line

 

En quelques mots

Anne Wender n’a pas fermé l’oeil de la nuit. Hier, dans le bureau de Pierre, son mari, où elle n’avait plus mis les pieds, depuis sa mort accidentelle, elle est tombée sur des documents troublants : les fragments d’une pièce qui tourne autour d’un auteur succombant aux charmes d’une jeune actrice et des notes concernant une certaine Laura Dame. Devant son désarroi, son ami fidèle, Daniel, tente d’étouffer ses soupçons. Pierre t’aimait. Pourquoi te faire du mal et salir sa mémoire, en l’imaginant infidèle ? Des arguments qui ne calment pas son besoin de vérité. Même si celle-ci est blessante.

Ces derniers temps, Anne avait eu l’impression que Pierre lui échappait. Des flash-backs nous montrent que, tout en étant attentionné, il s’enferrait dans des contradictions et des mensonges. Avec des sourires de gamin pris en faute. Anne s’empresse de vider le bureau de Pierre et de le mettre en vente. Comme pour l’exorciser. Puis fouille fiévreusement le passé, n’hésitant pas à mentir, pour traquer la vérité. Qui était exactement l’homme qu’elle croyait connaître ? Ce visage aimé n’était-il qu’un masque ?

Peut-on réellement connaître l’autre ?
Jusqu’où faut-il chercher la vérité ?

Un puzzle illusoire qui parle de la vie en apesanteur telle une mélodie tendre et délicate.

Distribution

CREATEURS
AuteurFlorian Zeller
Metteur en scèneVincent Dujardin
ScénographeNoémie Breeus
LumièreSébastien Couchard
AVEC
Daniel, le copain de PierreMichel de Warzée
Pierre, le mari d’AnneJean-Claude Frison
AnneStéphanie Moriau
Laura DameCaroline Lambert
Une production de la Comédie Claude Volter

Presse

Le trio Stéphane Moriau, Jean-Claude Frison, Michel de Warzée, on l’a vu, excelle dans l’art de faire apparaître des émotions vives ou sombres dans les interstices du visible.

Une merveilleuse Caroline Lambert d’une fraîcheur acidulée !

La mise en scène ? Celle de Vincent Dujardin : adroite, malicieuse comme un jeu de colin-maillard, qui ménage des coups de théâtre et s’amuse du jeu de pistes qu’il offre au spectateur et lui fait traverser le miroir des rêves.

Consulter article complet

Dominique-Hélène Lemaire - Arts et Lettres

Pour Florian Zeller, "Le mensonge est une preuve d’amour et l’honnêteté, au contraire, une trahison. En son nom, on se sent le devoir de dire la vérité, quitte à bousiller l’autre. L’aveu n’est pas le prolongement de l’amour. Aimer ce n’est pas encombrer l’autre de ténèbres." Successivement nets et flous, les personnages, qui entourent Anne, refusent la transparence. De plus en plus inquiet, Daniel joue les saint-bernards, mais reste mystérieux. Interrogée par une épouse aux abois, Laura Dame s’efforce de l’apaiser. Et Pierre, en partance pour Nice, quittait Anne, en lui laissant l’image d’un homme serein.

Les intrusions dans le passé, les investigations stériles, les silences et les volte-face brouillent les pistes. Par sa mise en scène rigoureuse, Vincent Dujardin nous aide à maîtriser les passages subits d’une réalité palpable à une vérité rêvée. Sous son impulsion, les comédiens donnent vie à des personnages qui, tout en s’affirmant clairement, laissent deviner une part d’ombre. Empoisonnée par le testament que Pierre lui a involontairement légué, Anne lui répond par une déclaration d’amour. Si tu mourais, qu’est-ce qu’il me resterait ?...

Jean Campion - Demandez le programme

On ne peut s’empêcher d’être littéralement happé par ce récit sur le fil de la raison. Au gré des rencontres, une nouvelle histoire se tisse. Comment démêler le vrai du faux ? C’est précisément ces allées et venues permanentes entre le passé, le présent, le souvenir et le fantasme qui rendent cette pièce unique et désarçonnante. Emportée par un quatuor bien accordé, elle ne pourra que vous remuer et vous faire réfléchir sur cette part d’ombre propre à chacun.

Stéphanie Peel - Ultramag

Vos Avis

Vidéos

Pas encore de video sur ce spectacle

Images

Pas encore de galerie de photo sur ce spectacle

En savoir plus

Pas encore de dossier sur ce spectacle