Par la Compagnie La Didacalie

Samuel Benchetrit traite de la solitude, de la peur de s’engager, de la difficulté de quitter, avec un ton fait de poésie et d’humour. Sans jamais devenir ordinaire, Benchetrit pratique une langue affûtée qui fait mouche. Celle qui respire la vie, la spontanéité, celle qui trahit les humeurs et dévoile les sentiments.

 Cliquez ici pour réserver on-line

 

En quelques mots

La nuit, sur un quai de gare de nulle part, trois êtres, à l'aube d'un choix, se cherchent et se mettent à l'épreuve. À travers ces personnages, Samuel Benchetrit traite de la solitude, de la peur de s'engager, de la difficulté de quitter, avec un ton fait de poésie et d'humour.

Sans jamais devenir ordinaire, il pratique une langue affûtée qui fait mouche ! Celle qui respire la vie, la spontanéité, celle qui trahit les humeurs et dévoile les sentiments.

Distribution

CREATEURS
AuteurSamuel Benchetrit
Mise en scèneMonique Dolby
RéalisationMathieu Robertz
AVEC
Emmanuel Angeli
Catherine Bartholomé
Philippe Garcia
Une production de la Cie La Didascalie

Presse

Monique Dobly a réalisé une mise en scène très vivante qui donne le ton vrai de la pièce, et qui s’est attribué le rôle de l’hôtesse de cette gare abandonnée quelque part. Elle s’est chargée également de la scénographie qu’elle a voulue toute simple, seul un banc en scène. Et cela suffit!

L’intelligence et le charme de ce Théâtre, c’est de faire croire et d’imaginer ces rencontres plus qu’improbables. C’est incontestablement le Théâtre d’un écrivain qui maîtrise avec une précoce assurance les procédés techniques de l’écriture scénique.

Roger Simons - Les Feux de la Rampe

Vos Avis

Vidéos

Pas encore de video sur ce spectacle

Images

Pas encore de galerie de photo sur ce spectacle

En savoir plus

Ce mot magique, qui intrigue les non-initiés, je m'étais jurée qu'un jour, j'en ferais bon usage… et ce jour est arrivé!! La musicalité du mot, sa difficulté de prononciation et d'orthographe, tout cela m'a séduite depuis belle lurette et voilà que l'occasion s'offre à moi de faire partager mon enthousiasme …
C'est donc tout naturellement que ce nom s'est imposé à moi lorsque j'ai décidé de créer ma troupe théâtrale !

Suite

 

Monique Dobly débute très jeune sur les planches, à l’âge de 10 ans, comme « petit rat » au Théâtre de la Monnaie ! Elle abandonne, à regrets, ce dur apprentissage de danseuse classique au bénéfice de ses études…mais le virus des planches l’a atteinte définitivement et elle prend des cours de diction pour aborder le « théâtre parlé »…à l’école d’abord, dans des troupes de théâtre amateur ensuite.
Elle débute au LIERRE de Forest et rejoint ensuite LA JOIE où elle reste pendant 15 ans ; elle se frotte à l’assistanat de metteurs en scène professionnels, déjà hantée par la mise en scène.

Suite

 

• en octobre 2004 : « C'était comment déjà » de Jean Bouchaud.
• en avril 2005 : « La Salle de Bain » d'Astrid Veillon
• en octobre 2005 : « Agnès Belladone » de Jean-Paul Alègre.

Suite

 

Si les médias aiment l'inviter pour son image d'artiste ténébreux, Samuel Benchetrit construit sur divers supports un travail singulier, proche de la littérature « beat », du cinéma indépendant américain voire de la photographie.

Suite