graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Une brève tentative d'histoire des Musicals

Chapitre 0 - Introduction


Il est évidemment très complexe de vouloir en quelques pages retracer l'histoire des «musicals»... Du moins, avec une totale objectivité. Nous vous proposons donc un parcours subjectif au sein d'une branche des arts de la scène qui a une double ambition:

  • vous montrer la diversité de genre théâtral
  • tenter de vous faire partager notre passion

Mais, tout d'abord...

Qu'est-ce qu'un musical?

On pourrait dire: «Un musical est une production scénique, cinématoqraphique ou télévisuelle utilisant de la musique popuplaire pour soit raconter une histoire (book musicals) ou soit montrer le talent d'auteurs ou d'artistes (revues); les dialogues parlés sont optionnels.»

Trajet proposé...

image
① Les origines

Si beaucoup considèrent - dont nous - que Oklahoma! est le premier musical, c'est quand-même faire fi de près de 2.500 ans de théâtre musical. Au tout début du théâtre dans la Grèce antique, les premiers drames étaient des spectacles qui utilisaient le dialogue, le chant et la danse comme outils de narration. N'est-il pas rassurant de savoir que tout à commencé depuis 2.500 ans?

image
② Le XIXème siècle: premiers essais Jusqu'en 1866

De nombreuses formes de théâtre ont agrémenté les textes de musique, de chant ou de danse. L'opérette française est un bon exemple. Mais des tas d'autres formes ont forgé les premiers pas des arts de la scène vers le musical moderne: les «Variety Houses», les «Minstrels Shows», les «Museums», le «Vaudeville», ...

image
The Black Crook 1866

The Black Crook est une des toutes premières oeuvres où l'on peut se demander légitimement: «Est-ce le premier musical?» La réponse est selon nous définitivement non, mais il est intéressant de s'arrêter sur ce spectacle qui est, quoi qu'il en soit, une charnière dans l'histoire des musicals.

image
④ Premières recherches 1866 > 1927

Pendant près de soixante ans, de grands auteurs vont occuper avec un énorme succès les planches de Londres et de Broadway pour y proposer des oeuvres où la musique et la danse côtoient la dramaturgie classique. Il y a bien sûr Gilbert et Sullivan à Londres, mais il ne faut pas oublier Harrigan and Hart, Victor Herbert, George M. Cohan, Jerome Kern, Florenz Ziegfeld, Irving Berlin, Rodgers and Hart, Noël Coward, les Gershwins, Brecht, …

image
Show Boat 1927

Au début du XXe siècle, la comédie musicale de Broadway était dans son enfance. Des divertissements étincelants et brillants avec des partitions de jazz d’auteurs-compositeurs tels que George et Ira Gershwin côtoyaient des opérettes à la musique plus sérieuse de compositeurs comme Sigmund Romberg.

Puis en 1927, un spectacle de Jérôme Kern et Oscar Hammerstein II a été créé. Il s'appelait Show Boat et avec lui, la comédie musicale de Broadway faisait ses premiers pas dans l'adolescence. Il s'agit de la première oeuvre qui utilise vraiment des «numéros musicaux» pour raconter une histoire sérieuse, ce qui est très différents des «revues» présentant une série de numéros musicaux non liés les uns aux autres. Show Boat a également fait marqué l'histoire car des chanteurs blancs et afro-américains se sont produits ensemble sur scène. En outre, Show Boat aborde le thème très épineux à l'époque de l’identité raciale, sous la forme d'un mariage interracial.

Il va encore falloir attendre près de 15 ans et un autre spectacle de Oscar Hammerstein II, Oklahoma! pour que les musicals rentrent véritablement dans l'âge adulte.

image
⑥ Grandes difficultés 1927 > 1943

En 1927, The Jazz Singer avec Al Jolson, est le premier long métrage du cinéma à inclure des séquences parlées et du chant; jusque-là, les films étaient muets, généralement accompagnés de musique jouée en direct dans le théâtre. The Jazz Singer a révolutionné l'industrie du divertissement. Le cinéma parlant allait ... vider les salles.

En octobre 1929, le crash boursier allait plonger l'Amérique, puis le monde, dans une crise économique sans précédent. Très vite, les producteurs de spectacle ne vont plus pouvoir offrir à leurs spectateurs la féérie à laquelle ils les avaient habitués durant les années ’20.

image
Oklahoma! 1943

Le 31 mars 1943, a lieu la première de Oklahoma! de Rodgers et Hammerstein qui achève le développement de la comédie musicale intégrée et crée un nouveau modèle dans lequel chaque élément (texte, chant, danse) fait progresser l'intrigue.

Le développement de la comédie musicale intégrée avait commencé avec le trio Kern-Bolton-Wodehouse, bien sûr avec Show Boat, puis avec les Gershwins dans les années 1930. Mais avant Oklahoma! !, les spectacles musicaux incluaient des éléments de divertissement purs, sans lien avec le reste de l’intrigue, n’existant que comme des répits au sein d’intrigues implacables. Le dernier élément qu’il a fallu intégrer a été la chorégraphie. Dès le milieu des années 1910, le texte des chansons est en lien avec l’intrigue et la fait progresser. Les années ’30, c’est le budget qui restreint tout, mais la tradition d’avoir en plein spectacle une respiration avec «des filles qui dansent» a la vie dure. Pour la première fois, chorégraphie d'Agnes de Mille pour Oklahoma! fait avancer l'histoire d'une manière jamais vue auparavant. Le premier musical était – enfin – né.

image
⑧ «Golden Age» 1943 > 1964

Dans les années '20 et '30, le théâtre musical américain a été animé par de grands auteurs-compositeurs, écrivant de grandes chansons qui ont transcendé la scène du théâtre musical pour intégrer les hit-parade.

Le théâtre musical américain des années '40 a lui été animé par une génération de brillants dramaturges de théâtre musical. Ils ne se limitent plus à quelques bonnes chansons pour justifier une comédie musicale. C'est l'âge du vrai théâtre musical qui se mesure avec la grande littérature. Les chansons du théâtre musical ont encore des formes musicales populaires – à la différence de l’opéra – mais elles ont avant tout une fonction dramaturgique. Depuis cette époque, quand commence-t-on à chanter dans un musical ? Quand les mots ne suffisent plus.

image
⑨ La Crise 1964 > 1970

De la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu'au début des années '60, l'Amérique a prospéré; à la conformité rassurante des années Eisenhower à succédé l'espoir de l'ère Kennedy. Mais dès 1964, les fissures apparaissent partout. Le rêve du "tout va bien" va bientôt devoir faire place aux dures réalités qui s'annoncent: la guerre du Vietnam, les luttes pour la fin de l'oprression des minorités ethniques ou des femmes, les luttes pour la libération sexuelle, ... Ces incertitudes quant à l'avenir vont se transmettre sur les scènes.

image
Hair 1968

En 1968, Hair (1968), un musical rock parlant d'amour tribal, est en fait une série de chansons et de sketches illustrant le mode de vie hippie, qui revendiquaient le fait de vivre librement leur amour et leur sexualité, s’intéressaient à diverses religions et philosophies orientales et utilisaient des drogues psychédéliques comme moyen de trouver un état spirituel plus profond. Le spectacle, après le Off-Broadway, a ouvert à Broadway en 1968, où il s’est joué 1.750 représentations.

La musique de Hair était jouée par un petit groupe de rock avec un système-son rock and roll, jamais utilisé dans le théâtre musical auparavant. Il était aussi politiquement engagé comme jamais : il était un vrai manifeste contre la guerre du Vietnam.

image
Jesus Christ Superstar 1970

Sorti en 1970, le double-LP (comme on disait à l’époque) de Jesus Christ Superstar d'Andrew Lloyd Webber et Tim Rice est l'un des albums rock les plus réussis et les plus incendiaires de tous les temps. On l’a oublié, mais l'application du terme «Superstar» à Jésus-Christ a révolté et enflammé les dirigeants de l'église mais aussi bon nombre de chrétiens dans le monde entier. L'artiste pop Andy Warhol avait inventé ce terme de «Superstar» (rentré aujourd’hui dans le langage courant) pour décrire les gens plein de glamour qui l'entouraient, et l'application d'un tel vocable à Jésus-Christ a profondément offensé de nombreux chrétiens. La version à Broadway de Jesus Christ Superstar (mis en scène par Tom O'Horgan, qui vait aussi mis en scène Hair) est le musical le plus joué des années ’70 à Broadway. Il faut dire que de nombreux sppectateurs prenaient des tickets pour voir ‘en live’ ce qui pouvait être … si scandaleux.

image
⑫ Exloration 1970 > 1982

Tout au long des années ‘60, la culture américaine avait été remise en cause et était à la recherche d’une transition. C’est bien évidemment aussi le cas dans le monde des musicals. Beaucoup de créations des années ’70 auraient été d’énormes succès si elles avaient ouvert 10 ans plus tôt, mais elles n‘ont pas réussi à trouver leur public dans cette époque troublée. Par contre, certains succès pouvaient laisser présager de ce que seraient les musicals du futur, mais tant pour les artistes que pour le public, l'avenir était loin d'être clair.

image
Les Misérables 1985

Le 28 septembre 1985 est assurément une des dates parmi les plus importantes de l'histoire des musicals. Ce soir là, la Royal Shakespeare Company et Cameron Mackintosh présentent dans le tout nouveau Barbican Center de Londres la première preview de Les Misérables de deux français, Boublil et Schonberg. La presse, le lendemain, va se déchaîner, trainant dans la boue cette production prétentieuse: Francis King du Sunday Telegraph décrit la comédie musicale comme «un mélodrame victorien lugubre produit avec une somptuosité victorienne» et Michael Ratcliffe de The Observer considérait le spectacle comme «un divertissement sans esprit». Et pourtant, 35 ans après, le musical se joue toujours à Londres et a dépassé les 70 millions de spectateurs dans le monde.

image
⑭ Mega-musicals 1982 > 1993

Les coûts de production d'un musical ne cessant d'augmenter, les producteurs imaginèrent une nouvelle démarche afin de pouvoir continuer à proposer aux publics des «grands spectacles». C'est ce que l'on appelle des mega-musicals, c'est-à-dire des productions qui sont conçues pour avoir une diffusion mondiale, à l'identique de l'originale. C'est une manière d'agrandir considérablement le public d'une oeuvre, et ce dès le départ. Le premier megamusical est Cats, créé à Londres en 1981 où il a tenu l'affiche 21 ans jusqu'au 11 mai 2002, emporté par la désaffection générale suite aux attentats du 11 septembre 2001. Il s'est joué 18 ans à Broadway, pour plus de 10.000 représentations au Japon, 7 ans à Vienne, 15 ans à Hambourg, ... Le spectacle a été vu à l'heure actuelle par plus de 81 millions de spectateurs dans 350 villes de 20 pays différents. Mega-musical, quoi!

image
Sunset Boulevard 1993

En 1993, la folie des mega-musicals arrivait à un terme. Il était devenu très lourd et financièrement non viable. Sunset Boulevard a fermé après une série d’à peine deux ans et demi, et après avoir perdu 20 millions de dollars. Aux années 1980, financièrement effrénées, allaient céder la place aux années 1990, financièrement beaucoup plus responsables.

image
Rent 1994

Le tout jeune Jonathan Larson a voulu écrire avec Rent une adaptation contemporaine de La Bohème de Puccini. Voulant parler de ses propres expériences de vie à Soho, Larson a transféré l'histoire de Puccini dans le Lower East Side de New York, et a remplacé la tuberculose par le sida. Jonathan Larson est décédé le soir précédant la première preview de Rent dans l’Off-Broadway. Ce fut un succès immédiat, rapidement transféré à Broadway où il se joua devant des salles pleines durant 12 ans.

image
⑰ Ré-inventer 1993 > 2001

Les temps étant difficiles, il devient indispensable de ré-inventer le monde des musicals. Il n’y a plus rien de sûr : flops de certains mega-musicals ou reprises de grands classiques, succès d’estime de musicals composés par des grands auteurs ou compositeurs, … Les genres musicaux vont s’ouvrir à de nombreuses formes (hip-hop, rap, …). Il en est de même des thèmes abordés qui se rapprochent souvent de la vie quotidienne des gens et permettent une identification des spectateurs aux personnages. Cela va aussi être l’apparition des premiers «Jukebox musicals».

image
⑱ Black-out 11 septembre 2001

«C'était le matin sur Broadway. Des spectacles étaient programmés l'après-midi et le soir. Mais tous les théâtres resteraient fermés. Rien au Golden, à l'Impérial ou au Shubert. Rien au Lunt-Fontanne ou au Palace. Spectacles annulés 'en raison de circonstances indépendantes de notre volonté'. Deux femmes d'âge moyen lisant l'avis sur la porte du Lunt-Fontanne, où Beauty and the Beast se jouait habituellement, l'une a dit: «Donc, pas de spectacle aujourd'hui». Son amie lui a répondu: «Comment pourrait-il y avoir un spectacle? Qui viendrait? Qui pourrait jouer?» » The New York Times, September 13.

Le monde des musicals allait être profondément modifié, laissant principalement la place aux Jukebox musicals et aux adaptation de films «feel-good». Entre 2001 et 2013, 27 grands musicals ont été créés à Broadway avec des chansons pré-existantes .

image
⑲ Fragilités 2001 > ????

Dix jours après l'attaque, la satire Urinetown a ouvert avec des critiques élogieuses. L'intrigue surréaliste impliquait une ville en proie à la sécheresse où la population appauvrie faisait face à une société monolithique qui facture des frais chaque fois que quelqu'un utilise des latrines, une comédie musicale sur le droit de faire pipi! Mis en scène de manière brechtienne, Urinetown est devenu le succès de la saison. Il cohabitait avec Mamma Mia ou Hairspray et The Producers. La diversité du monde des musicals.

Histoire des musicals

Top