The Party is over, un spectacle qu'elle a créé avec Pol Vanfleteren. Elle a voulu rendre hommage à 10 déesses de la chanson qui ont toujours préféré la flamboyance à la tiède prudence. Mais cela dure moins longtemps. The party is over, la fête est finie… Nous vous donnons rendez-vous pour un moment de grâce. Voici enfin la création mondiale en Français de The Party is over"> The Party is over, un spectacle qu'elle a créé avec Pol Vanfleteren. Elle a voulu rendre hommage à 10 déesses de la chanson qui ont toujours préféré la flamboyance à la tiède prudence. Mais cela dure moins longtemps. The party is over, la fête est finie… Nous vous donnons rendez-vous pour un moment de grâce. Voici enfin la création mondiale en Français de The Party is over" />
 graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

The Party is over

de Anne Mie Gils et Pol Vanfleteren

- -

Retour à la page précédente

Presse - Article complet


Anne Mie Gils, une voix Sublime


...


L’année passée, dans le cadre du Festival «Bruxellons!», l’actrice et chanteuse belge Anne Mie Gils a joué d’une façon magistrale le personnage de Norma Desmond dans la première version française de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber «Sunset Boulevard». Cette année, elle est retournée au château du Karreveld à Bruxelles-Molenbeek, où se joue le festival. Dans la grange du château, elle a donné son spectacle «The Party is Over» qu’elle a crée en 2003. A Bruxelles, où le show a été joué pour la première fois en français, le musicien Pol Vanfleteren l’a accompagnée au piano, à la trompette et sur un accordéon.


Pour ces dix vedettes de la chanson et souvent aussi du cinéma, la partie est terminée car elles sont toutes décédées. C’est le dénominateur commun du show. Anne Mie Gils commence avec Bessie Smith et un de ses tubes, «St. Louis Blues», des années 1920. Tout de suite, on remarque l’impeccable voix de Gils et sa parfaite maîtrise de l’anglais. Elle enchaîne avec une grande dame du blues, Billie Holiday, qu’on surnommait «Lady Day».

Gils commence «All of Me» avec le timbre de Holiday, pour poursuivre avec sa propre voix. Ce n’est pas que Gils ait connu ces chanteuses, mais leur musique l’a marquée, ce qui fait que le souvenir est devenu quelque chose de personnel, comme pour cette interprétation très forte de «Strange Fruit». Norma Jeane Mortenson était plus connue sous le nom de Marilyn Monroe. Sur les quelques chansons de cette femme fatale du cinéma, on retient «When Love Goes Wrong» qui en somme résume la vie de Marilyn, morte officiellement d’une surdose de somnifères. Patsy Cline était une grande dame de la musique country. Ses deux tubes les plus connus sont «Crazy» et «Sweet Dreams» - à nouveau interprétées sublimement. La première partie se termine avec le monstre sacré de la chanson française Edith Piaf et «Je ne regrette rien» et «Padam padam».


Si la première partie est dominée par des notes biographiques, la deuxième est certainement une affaire de cœur. «What a Difference a Day Makes» est le titre phare de Dinah Washington, morte à l’âge de 39 ans. L’hommage à Judy Garland est clairement dominé par les émotions qui ressortent dans «Over the Rainbow» et surtout dans «You Made Me Love You». Suit alors une version spéciale de «Summertime» de George Gershwin originellement chanté par Janis Joplin. Aussi, «Me and Bobby McGee» dégage un air tout à fait exceptionnel dû au talent de Gils. Ann Christy était une chanteuse belge surtout connue dans son pays natal. La version flamande du titre «The Rose», «De Roos», s’incruste à nouveau sous la peau. Finalement, c’est au tour d’une Miss Egypte, Iolanda Cristina Gigliotti, connue sur le parquet international comme Dalida. «Gigi l’Amoroso» réjouit et «Pour ne pas vivre seul» touche. En supplément, elle rend hommage à Maurane, décédée il y a un an.

Anne Mie Gils a su capter les spectateurs, à les émouvoir par sa façon d’interpréter ces chansons avec sa voix sublime. Pol Vanfleteren a accompagné cette grande dame surtout au piano et a contribué musicalement à une soirée réussie à ne pas rater.

Christian Spielman - Letzeburger Journal (Luxembourg) - 1 août 2019

Lien vers le site extérieur:

Retour à la page précédente

Top