graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Le béret de la tortue

de Jean Dell et Gerald Sibleyras

- -

Retour à la page précédente

Article complet


Une comédie … (Daniel Hanssens)


Une «comédie»: le mot est lancé. Et donc j'ai l'intention avec mes amis comédiens de vous faire rire avec cette pièce bien faite d'aujourd'hui.
Des dialogues percutants, une maison de vacances, des couples au bord de la crise de nerf, tous les ingrédients sont réunis pour un spectacle rythmé et tourbillonnant.
Le texte met en scène les travers et toutes les petitesses qui détériorent les relations de trois couples amis en vacances.

Il s’agit à l'origine de trois huis-clos.
Trois chambres dans une grande maison avec vue sur mer et sur le rocher dit du béret de la tortue… des rochers en forme de béret, de tortue, de limace ... que personne ne voit.
Alors que le texte propose de passer de chambre en chambre dans la première partie de la pièce, j'ai souhaité que vous puissiez apercevoir les 3 chambres et ce qui s'y passe en "off" (dans les limites du bon goût, quoique)…

Dans cette scénographie épurée, les costumes s’imposent par leurs couleurs contrastées, leur coupe nette. Au premier coup d’œil, chaque personnage doit être identifié. Les trois couples représentent différents archétypes; le couple bourgeois installé et bien calé dans ses névroses, le couple bobo en crise d’identité, le jeune couple sans enfant encore préservé des ravages de la routine. Mais leurs métiers sont aussi représentatifs et importants dans cette rencontre: Un vétérinaire qui n'arrive jamais à sauver les animaux qu'on lui apporte, sa femme enterre les animaux, .. tous les animaux. Un homme qui tient une galerie d'art "douteux" et sa femme qui ne vit que pour sa cuisine, une assistante dentaire et son homme qui organise des comités de réflexion.... quel Programme!

Cette pièce est joyeusement jacasseuse. Chaque couple parle sur les autres, déblatère. Les scènes sont de véritables partitions de mauvaise foi et de mesquinerie.
En nous permettant de tout voir, la scénographie va créer des situations de jeu parfois insolites ou cocasses. Nos trois couples subissent leurs vacances plutôt qu’ils n’en jouissent. Et cela les pousse dans leurs derniers retranchements. Le spectateur se délecte d’assister à toutes les intrigues qui se jouent sous ses yeux.
Chacun devient prisonnier du rôle que les autres lui donnent, chacun joue aussi de ce rôle. On dirait presque de la télé-réalité. En plus frais.
Les règles de bienséance et les convenances s’effritent. Tous les coups sont permis, pour devenir les meilleurs ennemis du monde.

J'espère que vous n'avez pas eu ou que vous n'aurez pas de vacances comme ça!

Bonne soirée,

Daniel Hanssens

Retour à la page précédente

Top