Tel:   0800 944 44
 graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Retour à la page précédente



Musical (2011)


Musique: *** Divers
Paroles: *** Divers
Livret:

Type de série: Original
Théâtre: Palais des Sports (Paris - France)
Durée : 9 mois
Nombre :
Première Preview : vendredi 30 septembre 2011
Première : vendredi 30 septembre 2011
Dernière : samedi 30 juin 2012
Mise en scène : Kamel Ouali
Chorégraphie : Kamel Ouali
Avec : Golan Yosef (Dracula), Nathalie Fauquette (Mina), Julien Loko (Jonathan Harker), Anais Delva (Lucie Westenra), Grégory Deck (Sorci), Lola Ces (Poison), Florent Torres (L’Ange), Ginie Line (Satine), Aymeric Ribot (Dr Van Helsing)
Commentaires : > 30/9/2011 - 1/1/2012: Palais des Sports - Paris
> ?? - 30/6/2012 : Tournée
Presse : Le spectacle a reçu un accueil plutôt diversifié de la part des critiques, la majorité ayant soulevées de nombreux points positifs et négatifs.
Sur music-story.com, la journaliste Paula Haddad souligne la diversité des collaborateurs du spectacle mais regrette « la faiblesse du texte [de " L’amour et son contraire"], censé guider le récit » et la reprise du texte d’Axel Bauer, "Eteins la lumière", dans un « Dracula mix insupportable ». Toutefois, elle soulève également des titres réussis, comme "Encore" interprété par Julien LOko, « qui occupe une place vocale majeure », « le lyrique L’amour plus fort que la mort […] l’énergique "Appelle le docteur " et le déjanté "Dominer le monde", teinté d’électro. ».

La plupart des critiques, comme Le Point ont loué la décision de Kamel Ouali d’avoir fait « le choix pour "Dracula" de mettre en valeur les chansons, avec un narrateur en appui : le prince des Ténèbres ne chantera pas ni ne parlera, envoûtant seulement ses victimes par son charme et ses danses. ».

Il en va de même pour Regardencoulisse.com, où le journaliste Stéphane Ly-Cuong souligne l’incroyable prestation chorégraphique de Golan Yosef et Natalie Fauqette, tout en regrettant que « leur talent semble se diluer au milieu de cette énorme machine, de ces voix écrasantes et de ce déluge de moyens et d’effectifs ».
Toujours sur Regardencoulisse.com, Stéphane Ly-Cuong, en comparant Dracula à ses prédécesseurs, note qu’il « s’inscrit parfaitement dans le moule sans particulièrement créer de surprises, seule l’esthétique change : un univers érotico-gothique […]. On a l’alternance habituelle de ballades et de morceaux dansants ». Ly-Cuong souligne également des « chorégraphies dynamiques très joliment mises en lumières par Jacques Rouveyrollis » mais, hélas, « pas d’amélioration du côté dramaturgique ». Sous un angle plus technologique, « quelques projections savamment utilisées » et le film en 3D de six minutes environ – un ballet Dracula-Mina – semblent séduire.

Jonathan Hamard, sur chartsinfrance.net, juge l’album du spectacle « plutôt décevant qui ne reflète pas le talent des auteurs-compositeurs et des interprètes ayant pris part à cette aventure » et qui « manque cruellement de tubes, un agent pourtant essentiel pour la réussite d'un projet de cet ampleur ». Si il insiste sur l’interprétation de Julien LOko, Hamard affirme que « "Dominer le monde" et "Laissez-vous tenter" sont le comble du kitch, et certainement pas dans le meilleur sens du terme ».

Sur musicalavenue, Pierre Stril juge ce Dracula façon Ouali « pas inintéressant qui, malgré ses lacunes, témoigne d’une volonté assumée de présenter du spectaculaire au public hexagonal » et dont la BO est « un savant patchwork de variété aux accents pop-rock édulcorés ». Si, globalement, le côté visuel de l’œuvre est réussi, le côté fouillis, l’absence de l’orchestre et les « inspirations qui relèvent plus du plagiat que du simple clin d’œil hommage », posent problème. Stril souligne le manque de talent théâtral chez les interprètes, tout en reconnaissant le jeu d’acteur de Lola Ces et Gregory Deck, beaucoup plus convaincants. Et si, niveau interprétation vocale, « Julien LOko, Ginie Line ou Florent Torres sont en tête », le Docteur Van Helsing/Aymeric Ribot « reste trop faible ».


Top