Château du Karreveld:
de scènes d'histoire en scènes de théâtre...

Une fausse légende

Si on raconte volontiers que le nom de Karreveld (en néerlandais Karel Veld ou «champ de Charles») aurait été donné au domaine suite à une halte de l'empereur Charles Quint à cet endroit pour satisfaire un besoin urgent (ou, suivant les versions, pour y passer la nuit avant de rejoindre son palais du Coudenberg), ce récit "folklorique" ne résiste pas à l'analyse historique : des actes officiels mentionnent le nom de « Karreveld » bien avant la naissance du célèbre empereur.

Karreveld ou « Karreelvelt » peut aussi se traduire par "champ de terre à briques" et trouverait plus vraisemblablement son origine dans la présence de plusieurs briqueteries artisanales aux environs du domaine (Elles étaient encore en activité au début des années 1900).

Au fil de l'histoire...

En l'an 1253...

C'est cette année-là que le nom de "Carnevelt" apparaît pour la première fois dans un acte de donation du Duc de Brabant, Jean Ier le Victorieux, à son épouse Marguerite, fille du bon roi Saint Louis (celui qui rendait la justice sous un chêne).

Quatre siècles plus tard...

En 1656, après de multiples avatars et une succession de propriétaires différents, le château et son domaine deviennent la propriété d'un seigneur espagnol, Don Garcia Osario y Borgia.

Neuf ans avant la révolution française...

La famille de Villegas fait l'acquisition du Kareveld en 1780 et le conserve durant deux siècles et demi. D'origine espagnole, cette grande famille influente de la noblesse belge fut aussi propriétaire du superbe château de Rivieren situé sur la proche commune de Ganshoren (classé en 1983 comme seul et unique vestige d'origine médiévale et de style féodal en Région bruxelloise).

Menacé de disparition...

De 1900 à 1914

Dès avant la première guerre mondiale, le projet de prolonger les boulevards de ceinture vers Koekelberg menace le domaine de disparition. Complètement délaissé par ses propriétaires dans l'attente d'un avenir plus qu'incertain, il se transforme petit à petit en "parc d'attraction" avant la lettre. Servant de base d'envol pour les montgolfières, il accueille aussi un vélodrome en bois inauguré en mai 1908 (pour remplacer celui du Bois de la Cambre disparu la même année).


Quant au château, il héberge une "laiterie", taverne populaire et familiale de l'époque, et une "hostellerie".


Quelques années plus tard (1912), le domaine du Karreveld devient même le lieu de naissance officiel du "Cinéma belge". A la demande de Charles Pathé (Pathé Cinéma), le Belge Alfred Machin (ça ne s'invente pas...) y crée le premier studio de cinéma du pays, doublé d'un atelier pour la construction des décors et d'un mini jardin zoologique où l'on trouve des ours, des panthères, des chameaux et d'autres animaux exotiques...servant de "figurants" dans les films. (Les deux premiers longs métrages belges conservés à la cinémathèque y ont été tournés : "La fille de Delft" et le tristement prémonitoire "Maudite soit la guerre")

Alfred Machin

1930...

Une fois le tracé d'extension des grands boulevards officialisé en 1930, la commune de Molenbeek-St-Jean rachète les 16 hectares du domaine à la famille de Villegas. (A cette époque, les murs du château sont encore recouverts d'un enduit de chaux blanche qui cache la belle brique espagnole) Fraîchement élu en 1939, même s'il ne sait pas encore qu'il régnera sur sa commune durant près de 40 ans (Jusqu'à son décès en 1978), le bourgmestre socialiste Edmond Machtens a déjà de grandes ambitions.

Si une partie du domaine est sacrifié au profit des boulevards de ceinture et des nouvelles voieries annexes, il veut profiter des vastes terrains restants pour faire construire du logement résidentiel et attirer une population plus bourgeoise sur le territoire de la populaire commune de Molenbeek-St-Jean.

Trop longtemps laissé à l'abandon, le château du Karreveld est dans un état lamentable et menace de s'effondrer...Conscient de l'atout qu'il peut représenter, il charge l'architecte communal, Pierre De Bruyne, d'étudier les premiers travaux de consolidation indispensables et sa possible rénovation complète afin de lui redonner tout son lustre dans l'écrin d'un parc qui serait le point d'orgue du nouveau quartier.

Les tourments de la deuxième guerre mondiale mettent ces beaux projets au frigo pour une bonne décennie.

Les années 50 et la résurrection

Tergiversations et valses hésitations

Les travaux prioritaires de reconstruction de l'après-guerre se terminent au début des années 50. Il est grand temps de repenser au Karreveld mais des divergences de vue apparaissent au sein du collège des échevins et du conseil communal.

 Côté coeur, le désir de conserver et de revaloriser ce patrimoine exceptionnel est toujours bien présent.

Côté raison, on se dit qu'une démolition au profit d'un projet immobilier de standing éviterait à la commune de s'engager dans l'aventure d'une lourde et longue rénovation aux implications financières hasardeuses.

Les deux camps s'opposent et la survie du Karreveld ne tient plus qu'à un fil.

La mise en route de la procédure de classement du château et du parc qui l'entoure par la Commission des Monuments et Sites change la donne et convainc définitivement la commune de débloquer les budgets nécessaires à sa restauration. La protection définitive du site est accordée le 10/11/1955.

De 1952 à 1958 - Mazette, ce ne fut pas une mince affaire...

Les bâtiments reposant, à même le sol, sur un terrain marécageux, de nouvelles fondations doivent être mise en place pour assurer leur stabilité.

En six ans de travaux, le château est ensuite partiellement rebâti selon le plan classique du manoir, à mi-chemin entre la ferme et le château seigneurial, et les anciennes douves sont reconverties en étang.

On s'attaque d'abord à la vaste grange, située à l'est de la cour centrale, qui est entièrement démontée et reconstruite. Les beaux bâtiments situés les côtés ouest et nord bénéficient ensuite du même traitement de fond tandis que le corps principal de la ferme-château ainsi que l'ancienne chapelle sont restaurés en profondeur.

Les aménagements intérieurs sont réalisés avec le même soin et le souci de respecter un éclectisme de styles reflétant les apports successifs de ses habitants au fil de son histoire.

Quant au parc qui entoure le château, il est réimplanté en fonction de ses particularités historiques: jardin "à la française" recréé à l'arrière du bâtiment bordé par une large frondaison arborée protégeant le parc de la circulation intense du tout proche boulevard Mettewie, sous bois, haies, vaste pelouse plantée de nombreux arbres (dont certains se font assez rare à Bruxelles comme l'Araucaria et le Genévrier) et pas moins de huit espèces différentes de conifères présentes sur le site.

Au bout des deux chemins pavés qui traversent le parc et conduisent à la ferme-château, des bancs placés dans des alcoves invitent à un moment de rêverie romantique face à l'étang...

Jipé - Bruxelles-Bruxellons

http://bruxelles-bruxellons.blogspot.be/

Les studios du Karreveld
et La Belge-Cinéma/Film

Au rôle capital des 'Lumière' dans l'invention du cinéma correspond l'impulsion décisive que Charles Pathé donna à son industrialisation. L'Empire Pathé va ainsi dominer internationalement tout le cinéma précédant la Première Guerre mondiale.

Ne se contentant pas de ses usines de Vincennes et Join-ville, la société Pathé Frères entreprend de créer à travers le monde une série de 14 succursales qui fourniront l'instrument de son leadership.

A côté de Berlin, Londres, Milan ou New York, Bruxelles accueille ainsi, en février 1908, une filiale importante, la Belge-Cinéma, qui se voit confier le monopole belge des appareils et produits Pathé. Avec beaucoup d'habilité commerciale, la Belge-Cinéma développe un vaste réseau d'exploitation, contrôlant directement ou indirectement une grande majorité des salles qui ouvrent dans notre pays.


Le plus beau fleuron en est sans conteste le Pathé Palace, construit en 1913 sur des plans de l'architecte Paul Hamesse, au boulevard du Nord (aujourd'hui boulevard Anspach, no 85), combinant brasserie-concert et cinéma avec une salle de 2 500 places et une façade Belle Époque, heureusement bien conservée, couronnée par le fier emblème du coq Pathé (pas wallon), dressé sur une luxuriante corbeille de fruits.

Mais Pathé vise davantage. Contrairement à son rival Gaumont qui se limite à une politique de diffusion de ses produits, Pathé met en oeuvre une stratégie de décentralisation amenant à la création en 1912 d'une veritable unité de production bruxelloise. Du coup, la Belge-Cinéma est relayée par la Belge-Cinéma Film, laquelle installe le premier studio du pays au Karreveld.

Pathé en confie la direction artistique au Français Alfred Machin, un des opérateurs expéri-mentés du Pathé-Journal, dont l'œuvre va vite s'identifier à la production de la B.C.E.

Celle-ci tient dans une période brève (1912-1914) mais féconde, donnant lieu à 22 films, un corpus qui correspond à un champ très diversifié de préoccupations mais au sein duquel A. Machin, par le choix de thèmes comme d'interprètes locaux, se révèle remarquablement apte à exploiter des références faisant partie intégrante de la culture belge, se situant ainsi parfaitement dans la ligne voulue par son employeur.

Le fonctionnement de la Belge-Cinéma/Film aura de toute évidence constitué un laboratoire exemplaire de la stratégie internationale de Pathé.

Il en revint, en 1912, pour la Belge Cinéma Film et racheta le " théâtre de verdure ", situé à côté du vélodrome du Karreveld, des hangars aux toits de verre qui s'étendaient sur une prairie allant de la chaussée de Gand au vélodrome. Il y fait construire un studio vitré, des ateliers, des loges et une ménagerie qui abrite notamment des ours, des chameaux et deux panthères.

Mais Pathé vise davantage. Contrairement à son rival Gaumont qui se limite à une politique de diffusion de ses produits, Pathé met en oeuvre une stratégie de décentralisation amenant à la création en 1912 d'une veritable unité de production bruxelloise. Du coup, la Belge-Cinéma est relayée par la Belge-Cinéma Film, laquelle installe le premier studio du pays au Karreveld.

L'une de celle ci sera l'héroïne de "Saïda enlève Manneken-Pis" (1913).

Ce hangar devint le studio Karreveld, le premier studio belge. Le bureau de la direction, les loges des artistes, la chambre noire, la cage de la panthère, l'atelier des décors étaient accolés au vélodrome sous les virages relevés de la piste. En 1912, Machin charge Jacquemin de faire divers travaux: vitrer totalement le studio, ainsi que des bureaux, des loges, une habitation pour le concierge,un laboratoire, des ateliers, des remises pour décors sont construits en brique. Jusqu'en 1914, Machin tourna une vingtaine de films qui connurent une diffusion internationale grâce aux accords conclus avec Pathé.

En août 1914, les troupes allemandes envahirent la Belgique. La production cinématographique belge fut alors interrompue et le studio du Karreveld ferma ses portes.

Parmi les réalisations de la Belge Cinéma Film qui ont pu être retrouvées et sauvées, on trouve "La fille de Delft" et "Maudite soit la guerre", 2 oeuvres majeures, films qui ont été remis à la cinémathèque belge qui les a fait reconstituer car les pellicules se trouvaient, à ce moment-là, en morceaux détachés!